Nouvelles

Afin d'appuyer les objectifs de recherche et de carrière des jeunes scientifiques, ingénieurs et innovateurs de demain, le gouvernement du Canada investira plus de 29 millions de dollars au cours des six prochaines années pour leur permettre de suivre une formation pratique.
Le 30 octobre dernier, Green Cross Biotherapeutics, filiale canadienne de la société sud-coréenne Green Cross Corporation, inaugurait sa nouvelle usine de fractionnement plasmatique dans le Technoparc Montréal, un projet de 400 millions de dollars qui créera plus de 200 emplois.
Thales annonce la création du Centre de Recherche et Technologie spécialisé en intelligence artificielle (IA), nommé cortAIx. Conduit par Thales, en collaboration avec l'Institut des algorithmes d'apprentissage de Montréal (MILA), l'Institut de valorisation des données (IVADO), et l'Institut Vector de Toronto, le centre cortAIx sera situé à Montréal, au cœur de l'un des principaux écosystèmes d'intelligence artificielle au monde.
En octobre, en haussant sa capitalisation de 30 millions de dollars à 45,450 millions de dollars, Le Fonds Innovexport, basé à Québec, pourra soutenir un plus grand nombre d'entreprises innovantes du Québec au stade de l'amorçage ou du démarrage qui visent les marchés internationaux.
Airbus, Rolls-Royce et Siemens développeront en partenariat le démonstrateur de technologie hybride électrique E-Fan X qui constituera un pas en avant important dans la propulsion hybride électrique pour les avions commerciaux.
L'équipementier Safran Power Unit a développé une pile à combustible (hydrogène) pour l'alimentation électrique des systèmes annexes des avions. Cette pile, qui devrait être au point pour 2019-2020, a été mise au point dans le cadre du projet PIPAA (pour pile à combustible pour applications aéronautiques). Ce projet vise en effet à développer et qualifier un système de pile à combustible pour l'alimentation électrique de systèmes d'avions, notamment les solutions de taxiage électrique au sol, permettant ainsi de réduire de façon importante les émissions polluantes sur les aéroports.
Thales Alenia Space et l'italien European Launch Vehicle (ELV) participeront au développement du Space Rider, un système de transport automatisé et réutilisable que développe actuellement l'Agence spatiale européenne (ESA). Il est conçu pour être lancé par le nouveau lanceur Vega C de l’Agence. Le montant de ce contrat s'élève à 36,7 millions d'euros.
Un salon de l’aviation est toujours une occasion en or pour annoncer la signature de contrats de vente qui propulsera les signataires à l’avant-plan de l’actualité. Le tout récent Dubai Airshow 2017 n’échappe pas à cette règle puisque l’on y a vu Airbus et Boeing étaler toute la puissance de leur force de vente : Airbus avec ce que certains qualifient déjà de « vente du siècle » et Boeing avec ce que d’aucuns ont baptisé de « commande géante ».
À l’occasion du Salon sur les meilleures pratiques d'affaires (MPA) tenu au Palais des Congrès de Montréal à la mi-novembre, le Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ) a exposé les principales composantes de l'usine cyber-physique dont il a fait l'acquisition cette année auprès de Festo Didactic.
Dans une communication datant de 2015, le milliardaire Bill Gates affirmait être « de ceux qui s'inquiètent de la super-intelligence. Dans un premier temps, les machines accompliront de nombreuses tâches à notre place et ne seront pas super-intelligentes. Cela devrait être positif si nous gérons ça bien. Plusieurs décennies plus tard cependant, l'intelligence sera suffisamment puissante pour poser des problèmes… je ne comprends pas pourquoi les gens ne sont pas inquiets ».
Le Groupe Canimex, chef de file dans la fabrication et le commerce international de composants industriels installé à Drummondville, a récemment fait l'acquisition d'un tout nouveau robot soudeur pour son entreprise affiliée, Outillage de précision Drummond (OPD).
Chef de file en technologie de détection LiDAR dans le marché de la conduite autonome, LeddarTech Inc. a terminé récemment une importante phase de financement totalisant près de 130 millions de dollars provenant d'investisseurs stratégiques internationaux.
Dans un communiqué émis le 10 novembre dernier, l'Association canadienne des constructeurs de véhicules (ACCV) se dit convaincue que la décision du Canada de ne pas se précipiter ou être contraint de signer l'accord de partenariat transpacifique avec les onze pays restants (PPT-11) est dans l'intérêt de l'industrie automobile du Canada et de l'économie nationale.
Présents à l'édition 2017 du Congrès mondial des systèmes de transport intelligents (STI) qui se tenait à Montréal fin octobre, Keolis, chef de file du transport terrestre de passagers et de colis au pays, et l'Institut pour la valorisationdes données (IVADO) en ont profité pour signer un partenariat stratégique destinés à soutenir le développement de solutions de mobilité urbaine innovantes grâce à l'utilisation des métadonnées (Big Data).
TM4 élargit sa famille SUMO de groupes motopropulseurs électriques avec l’introduction de la gamme SUMO HP, dédiée aux applications de haute puissance. Dans le cadre de cette nouvelle ligne, TM4 lance le SUMO HP HV900, une nouvelle combinaison moteur / générateur et onduleur pour le marché commercial lourd.
Nexen Tire, un fabricant de pneus dont les bureaux principaux se trouvent à Yangsan, au sud de la province de Gyeongsang, et à Séoul, en Corée du Sud, bâtit un nouveau centre de technologies de pneus à Richfield, dans l'État de l'Ohio, aux États-Unis.
Arup, firme mondiale de conception et de conseil dans le secteur du bâtiment, a été nommée par le Groupe aéroportuaire de la Ville de Mexico (GACM) pour élaborer le plan de durabilité du nouvel aéroport international de Mexico (NAICM).
Le cégep de Granby ajoute un nouveau programme à son offre pédagogique. En effet, dès l'automne prochain des étudiants pourront suivre une formation technique en génie mécanique d’une durée de trois ans. Les finissants de ce programme seront aptes à effectuer la conception de divers composants mécaniques, à planifier leur fabrication et à veiller au contrôle de leur qualité.
Dassault Systèmes, leader mondial des logiciels de création 3D, de maquettes numériques en 3D et de solutions de gestion du cycle de vie des produits, acquiert la société Next Limit Dynamics, dont le siège social est situé à Madrid, en Espagne. Cette dernière compte parmi ses clients Airbus, AISIN AW, Caterpillar, Doosan, Ford, Google X, Honda, Mitsubishi, NASA, Safran Helicopter Engines et Toyota.
Ericsson a inauguré début décembre un troisième centre mondial de technologies de l'information et des communications (TIC) à Vaudreuil-Dorion, au Québec. L'emplacement occupe une superficie de 20 000 mètres carrés et est le troisième centre mondial de TIC créé par Ericsson après celui de Linköping en Suède en septembre 2014 et celui de Rosersberg également en Suède en janvier 2016. Ces nouvelles installations favoriseront le développement de l'infrastructure et des services en nuage de prochaine génération, tout en permettant à plus de 20 000 ingénieurs en recherche et développement à travers le monde d'accélérer les cycles d'innovation, de réduire les coûts et de mieux appuyer les clients d'Ericsson.
La nouvelle n’a pas fait grand bruit ; pourtant elle est révélatrice des changements en cours dans la doctrine militaire. Comme le rapporte Vincent Lamigeon, de l’hebdomadaire Challenges : « En juin 2016, le colonel Gene Lee, ex-instructeur de l’US Air Force, affronte sur un simulateur de combat aérien le système Alpha, intelligence artificielle développée par la start-up Psibernetix. Le verdict est sans appel : le pilote est chaque fois mis au tapis, sans descendre un seul avion » ! 
Altran Technologies a fait l'acquisition de NEXT Ingegneria dei Sistemi, une société de logiciels embarqués basée en Italie qui compte environ 230 salariés. Celle-ci propose à ses clients des produits et services logiciels de pointe.
Chantier Davie Canada, le plus grand constructeur naval au pays, a livré le 20 juillet dernier l'Asterix, le premier grand navire militaire construit au Canada depuis plus de vingt ans. Les 1 369 employés de Davie, soutenus par plus de 900 fournisseurs canadiens, ont travaillé pendant près de deux ans à la construction de ce navire de soutien militaire de la classe Resolve qui entrera en service au sein de la Marine royale canadienne d'ici la fin de l'année.
Fin juillet, le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) accueillait des dignitaires de la Garde côtière des États-Unis (USCG), de la Direction des sciences et de la technologie (S-T) du département de la Sécurité intérieure des États-Unis (DHS), et de la Marine américaine pour aborder et souligner les progrès réalisés dans les essais et l'évaluation des maquettes conçues aux fins du programme d'acquisition de brise-glace lourds de classe polaire des États-Unis.
Toronto, Ontario, le 8 jan. - L'entreprise Sims Recycling Solutions (Sims Solutions de Recyclage au Québec), un chef de file mondial dans la réutilisation et le recyclage d'appareils électroniques et électriques, a annoncé qu'elle ouvrait un nouveau site de recyclage de produits électroniques au Québec.
MONTRÉAL, le 27 févr. 2012 - L'Association de l'aluminium du Canada (AAC) a annoncé, dans le cadre du lancement de l'Initiative empreinte carbone, la participation de ses membres - Alcoa Canada, Aluminerie Alouette inc. et Rio Tinto Alcan - à ce programme.Selon Jean Simard, président de l'AAC, « nous voulions être les premiers à participer à ce programme afin de confirmer les résultats des efforts et des investissements consentis par l'industrie au cours des 20 dernières années, conférant à notre aluminium la plus faible empreinte carbone de l'industrie ».En effet, l'industrie de l'aluminium a réduit ses émissions de gaz à effet de serre (« GES ») de 21% en absolu durant la période de 1990 à 2009, alors qu'elle doublait sa production. Le secteur a apporté une des plus grandes contributions à la réduction de GES au Canada, tant par ses investissements majeurs en modernisation, que par l'amélioration du contrôle des procédés, dépassant ainsi, et avant terme, les objectifs de Kyoto et de Copenhague.Toujours selon le porte-parole de l'AAC, cette reconnaissance devrait contribuer à l'avenir à inciter des entreprises de fabrication à s'installer au Québec pour accéder à de l'aluminium à faible empreinte carbone, réduisant d'autant l'empreinte de leur produit. « Du même coup, selon Jean Simard, nous espérons aussi amener nos grands fabricants d'équipements de transport à intégrer l'aluminium du Québec dans leur production. »L'Association de l'aluminium du Canada regroupe les trois grands producteurs d'aluminium canadiens. Ces entreprises exploitent dix (10) alumineries au Canada, dont 9 au Québec, et emploient plus de 10,000 personnes.
MONTRÉAL, le 27 févr. 2012 - Le Centre interuniversitaire de recherche sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG) est heureux d'annoncer que le Ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation (MDEIE) lui confie le projet pilote sur l'empreinte carbone des produits. Premier jalon dans l'initiative de 24 M$ du gouvernement du Québec sur l'affichage de l'empreinte carbone, ce projet pilote vise à statuer sur les bonnes pratiques à mettre en œuvre en matière de quantification, vérification et de certification lors de son déploiement.Malgré les récentes avancées en matière d'harmonisation des protocoles de quantification, l'un des enjeux majeurs du calcul de l'empreinte carbone demeure de fournir des lignes directrices méthodologiques sectorielles afin de favoriser la comparabilité des empreintes carbone entre elles. C'est pour faire face à ces limites que le projet pilote Empreinte carbone Québec a été mis de l'avant. Le CIRAIG a été mandaté pour réaliser ce projet qui fera progresser significativement le domaine de l'affichage environnemental grâce à des échanges avec des acteurs clés du domaine et à la création de partenariats porteurs.C'est dans la perspective de construire l'initiative sur des bases rigoureuses et conformes aux meilleures pratiques internationales que le MDEIE s'associe au CIRAIG. Utilisant le Greenhouse Gas Protocol Product Life Cycle Standard comme méthodologie cadre, le projet pilote comparera différents protocoles en vue d'évaluer la reproductibilité des résultats. C'est l'industrie toute entière, tous secteurs confondus, qui bénéficiera de ce projet qui s'échelonnera sur un an.Le projet pilote profitera également de l'expertise du Bureau de normalisation du Québec (BNQ) en matière de vérification des émissions de GES. Ce dernier émettra des recommandations quant aux bonnes pratiques de vérification et de certification à mettre en place dans une perspective de déploiement de la mesure.« Une prise de décision éclairée en matière d'empreinte carbone des produits doit nécessairement être guidée par une compréhension plus approfondie des méthodes de calcul et ce, de l'extraction des matières premières jusqu'à la fin de vie du produit, soit sur tout le cycle de vie du produit. Nous sommes particulièrement fiers que le MDEIE nous ait accordé sa confiance pour ce projet qui positionnera le Québec à l'avant-scène dans le domaine de l'empreinte carbone des produits » a souligné Valérie Bécaert, directrice exécutive du CIRAIG.Le projet pilote regroupe à ce jour 10 entreprises s'engageant dans la quantification de l'empreinte carbone d'un (ou plus) de leurs produits. Les entreprises ont été sélectionnées par le CIRAIG dans la perspective de couvrir un large spectre de produits, d'entreprises et de paramètres sensibles méthodologiques de calcul. Elles comprennent : Alcoa, Alouette, Aliments Utima Inc., Bell Canada, Chantiers Chibougamau / Nordic Structures Bois, Enerkem, Fibrek, Interplast, Laboratoire M2 ainsi que Rio Tinto Alcan.En plus d'établir une façon cohérente et harmonisée de calculer l'empreinte carbone des produits et services, le projet pilote Empreinte carbone Québec permettra de valoriser sur les marchés d'échange l'avantage compétitif que le Québec tire de la faible empreinte carbone de son hydroélectricité.www.empreintecarbonequebec.org/frwww.ciraig.org
MONTRÉAL, le 17 oct. 2011 - Manufacturiers et exportateurs du Québec (MEQ) est heureux de souligner l'engagement de Transport Robert, de Gaz Métro et du gouvernement du Québec dans un projet de près de 45 millions de dollars, permettant à l'entreprise de transport routier d'augmenter son parc de véhicules lourds de 180 camions fonctionnant entièrement au gaz naturel et ainsi réduire les émissions de gaz à effet de serre. La contribution du gouvernement du Québec de 1,8 millions de dollars dans la Route bleue, un réseau de trois stations d'approvisionnement en gaz naturel, placées au Québec et en Ontario, témoigne également de l'engagement de l'État dans le développement durable.Présent à la conférence de presse au cours de laquelle était annoncé cet investissement majeur, Simon Prévost, président de MEQ a rappelé l'importance des investissements dans les technologies vertes : « Le transport routier, un secteur crucial pour les entreprises manufacturières et exportatrices, est également un émetteur de gaz à effet de serre. Le partenariat entre Transport Robert et Gaz Métro pour réduire les émissions démontre comment l'innovation et l'évolution technologique constituent de véritables leviers de développement durable. »Par ailleurs, la collaboration entre les deux entreprises met en évidence le fait que les possibilités d'innovation et de développement technologique sont multipliées lorsque les expertises travaillent en réseaux. «Il faut absolument encourager ce type de collaboration pour renforcer le secteur manufacturier et l'économie québécoise », d'ajouter M. Prévost.Réussir à mettre sur pied ce genre d'initiative exige des investissements majeurs et beaucoup de persévérance devant les multiples contraintes technologiques et réglementaires. Dans ce contexte, il est fondamental de s'assurer que les conditions d'affaires soient globalement favorables et propices à la croissance des entreprises. « Sans investissement vert, on ne peut envisager une production verte. Notre réponse aux enjeux environnementaux dépend également de notre capacité collective à investir et de la qualité de nos conditions d'affaires » de conclure Simon Prévost. www.meq.ca
Enerkem, un chef de file mondial en production de biocarburants et de produits chimiques renouvelables à partir de matières résiduelles, a reçu l'approbation de l'agence américaine pour la protection de l'environnement (EPA) en vue de vendre de l'éthanol cellulosique produit à son usine d'Edmonton, en Alberta, selon la norme pour les carburants renouvelables aux États-Unis.
La revue britannique  A Word About Wind a classé Patrick Lemaire, président et chef de la direction, de Boralex, au 58e rang dans son palmarès annuel « Top 100 Power People » regroupant les acteurs les plus influents de l'industrie éolienne.
Fin octobre, la Caisse de dépôt et placement du Québec accordait un prêt de 150 millions de dollars à Innergex, un leader canadien indépendant de l'industrie de l'énergie renouvelable. Cet investissement survient alors qu'Innergex annonce l'acquisition d'Alterra Power Corp., une société qui œuvre dans le même secteur et qui est active au Canada, aux États-Unis et en Islande. Cette transaction permettra à Innergex de diversifier son portefeuille d'actifs, tant sur le plan géographique qu'en matière de sources d'énergie.
La mise en activité complète de la centrale de cogénération au biogaz Biomont située à Montréal a eu lieu le 16 octobre dernier. La centrale, d'une puissance de 4,8 MW produira suffisamment d'électricité pour alimenter l'équivalent de plus de 1 900 foyers à partir du biogaz capté par le complexe environnemental Saint-Michel sur les lieux de l'ancien site d'enfouissement de la Ville de Montréal qui était à l'origine l'ancienne carrière Miron. L'électricité produite sera vendue à Hydro-Québec.
Grâce à une recherche soutenue par Lockheed Martin Corporation, des ingénieurs de Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont mis au point une nouvelle imprimante 3D de bureau qui fonctionne jusqu'à dix fois plus vite que ses équivalents commerciaux existants. Alors que les imprimantes les plus courantes peuvent fabriquer quelques briques de format Lego en une heure, ce nouvel appareil peut imprimer des objets de taille similaire en quelques minutes seulement.
ASTM International, un organisme américain de normalisation qui rédige et produit des normes techniques concernant les matériaux, les produits, les systèmes et les services, a annoncé la création d’un centre d'excellence dans le domaine de la fabrication additive (FA), également connu sous le nom d'impression 3D, ce qui constitue une première pour l'organisation.
Le constructeur israélien XJet a récemment commercialisé une nouvelle gamme d’imprimantes 3D, la Carmel, composée de la Carmel 1400 et Carmel 700, deux machines de métal et de céramique basées sur la technologie NanoParticle Jetting sur laquelle elle travaille depuis deux ans.
Le chimiste BASF et la firme Poietis, une société de biotechnologie qui développe des modèles physiologiques 3D, viennent de signer un accord-cadre de développement et de services dans le domaine de la technologie de bio-impression 3D. L'objectif de cet accord est d’améliorer les modèles 3D de peau co-développés depuis 2015 grâce à l'impression assistée par laser.
CGI et Rio Tinto Aluminium ont récemment renouvelé leurs contrats d'impartition pour la gestion des applications et des technologies, tout en élargissant leur partenariat stratégique afin d'y intégrer la prestation de services numériques pour le Centre opérationnel aluminium de Rio Tinto Aluminium. La valeur estimée du renouvellement et de l'expansion du contrat est d'environ 30 millions de dollars. Ces technologies seront mises en service au Centre opérationnel Aluminium de Rio Tinto, situé à Saguenay.
Le gouvernement du Québec a accordé une aide financière de 5 430 326 $ au Consortium de recherche et d'innovation en transformation métallique (CRITM) pour la réalisation de projets de collaboration qui favoriseront l'avancement du Québec en matière d'innovation, de recherche et de développement dans le secteur de la métallurgie.
Le gouvernement du Québec a récemment accordé une aide financière pouvant atteindre 48 290 $ à Expansion PME, dont le mandat est de contribuer au développement et à la pérennité des PME de la Montérégie. Cette somme servira à soutenir la réalisation d'un projet évalué à 68 985 $.
Fin juin, la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) a lancé un appel d'offres pour la construction d'une passerelle piétonne et cyclable en aluminium qui sera installée au parc national des Îles-de-Boucherville. Une fois réalisée, cette passerelle deviendra parmi les plus longues passerelles en aluminium suspendues au monde, avec ses 120 mètres de portée, et l'une de celles présentant la plus longue distance entre ses deux piliers.
TSO3, une société installée à Québec œuvrant dans le domaine de la stérilisation des instruments médicaux en milieu hospitalier, projette actuellement d'obtenir auprès des autorités américaines l'autorisation 510(k) pour son stérilisateur Sterizone VP4 pour la stérilisation dite « terminale » de deux duodénoscopes utilisés dans plus de 90 % des procédures de cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique (CPRE) à l'échelle mondiale.
Professeur en génie mécanique et chercheur spécialisé en biomécanique et génie biomédical à Polytechnique Montréal, Carl-Éric Aubin s’est vu confier récemment la direction générale et scientifique de l’Institut TransMedTech, qui vise à accélérer le processus d’innovation et de mise en œuvre de technologies médicales, notamment à l’aide d’approches interdisciplinaires, pour le traitement de maladies musculosquelettiques et cardiovasculaires et de cancers. Cet institut vise également à favoriser la conception et l’adoption de ces technologies en fonction des besoins des patients et usagers.
Le gouvernement du Québec a décidé de prolonger jusqu'en 2020 l'entente qu’il avait signée avec l'entreprise québécoise CAE, en 2009, pour la mise en œuvre d'un programme de recherche et développement évalué aujourd’hui à 192,3 millions de dollars.
La ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique, Dominique Anglade, et son collègue de l'Éducation, du Loisir et du Sport, Sébastien Proulx, ont annoncé, mardi matin (26 avril), l'octroi d'un montant de 3,3 millions $ pour la construction d'un tout nouveau pavillon de recherche.

Les plus populaires

Événements récents

No events