Nouvelles

Un nouveau sondage mené pour Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada) indique que l'optimisme à l'égard de l'économie canadienne a beaucoup augmenté chez les comptables professionnels occupant des postes de direction, malgré le protectionnisme des États-Unis, qui est perçu comme la principale ombre au tableau.
Le constructeur de trains chinois CCRR Qingdao Sifang vient de dévoiler le prototype d'un train monorail monté avec une vitesse de fonctionnement pouvant atteindre 70 km/h, soit le plus rapide du genre en Chine. Entraîné par un moteur à aimants à haute efficacité, le train expérimental, qui pourrait comprendre trois ou cinq voitures, transportant de 300 à 510 passagers, circule le long d'un monorail, pour un poids léger, une vitesse modérée et un faible coût de fabrication.
Les Solutions Analytiques Novatech, établie à Sainte-Anne-de-Bellevue, a fait récemment l'acquisition de la compagnie G.A.S. Analytical Systems Ltd. (Calgary), spécialisée en instrumentation analytique.
PreciThera, une entreprise privée de médecine de précision qui se consacre à la conception et à la mise au point d'agents biologiques novateurs pour le traitement de maladies osseuses orphelines, a récemment obtenu un financement de série A de 36 millions de dollars canadiens (29 millions de dollars américains).
Yves Rémond, professeur de mécanique des matériaux, polymères et composites à l’université de Strasbourg (ECPM), est un spécialiste de la modélisation et de la simulation des matériaux polymères, composites, et plus particulièrement de la modélisation multi-échelle des matériaux inertes ou vivants.
La société française Hybrid Air Freighters (HAF) a récemment signé une lettre d'intention dans le but d'acheter jusqu'à 12 aéronefs hybrides Hybrid Airship Lockheed Martin (LMH-1) pour un montant total d'environ 500 millions de dollars. Basée à Paris, HAF a été constituée expressément pour servir de propriétaire exploitant des aéronefs Hybrid Airship Lockheed Martin.
D'après la dernière note de conjoncture de Conference Board du Canada publiée début juillet, bien que l'industrie aérospatiale canadienne ait encore un carnet de commandes bien rempli, l'imminente renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) pourrait avoir d'importantes répercussions sur sa chaîne d'approvisionnement.
Comme à chaque édition, le Salon international de l'aéronautique et de l'espace Paris-Le Bourget (1 500 exposants et 230 000 visiteurs, dont 110 000 professionnels) constitue pour l’aérospatiale québécoise une vitrine de toute première importance. La 52eédition, à laquelle participait une délégation québécoise record (50 organisations et 120 participants) en est un bel exemple avec des annonces de toutes sortes.
L’Université Laval et le Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ) ont annoncé fin juillet la création du Consortium de recherche en ingénierie des systèmes industriels 4.0.
Tout récemment, le Groupe SGM, de Salaberry-de-Valleyfield, a procédé au dévoilement du ModCenter 293, une machine-outil à contrôle numérique à la fine pointe de la technologie. Unique au Québec et seulement la troisième du genre au Canada, elle a nécessité un investissement de plus de 500 000 $. 
La BDC vient de publier une étude, « une première en son genre », intitulée Industrie 4.0 : la nouvelle révolution industrielle Les fabricants canadiens sont-ils prêts ? Cette étude « examine en profondeur la façon dont les PME canadiennes s’adaptent à cette nouvelle révolution ».
Festo, l'un des principaux fournisseurs mondiaux de solutions de contrôle et de procédés d’automatisation d’usine, collaborera avec le Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ) en vue d’implanter le premier laboratoire cyberphysique au Canada dans l’arrondissement Saint-Laurent à Montréal.
Les propriétaires de voitures qui ne sont pas en phase avec les bruits et les grincements de leur véhicule pourront éventuellement installer un logiciel qui détecte tous les sons métalliques.
Le géant du pneu Michelin a imaginé un avenir où le pneu serait increvable, puisque sans pression. Un pneu qui tirerait sa robustesse de sa structure biomimétique, comme si elle avait été créée par la Dame Nature.
Comptant plus de 400 véhicules vendus à 38 diverses agences de transit commerciales, universitaires et municipales dans vingt États américains, Proterra, un acteur de premier plan du transport électrique à grand rendement, est devenu le 7 juin dernier la première société fabricant des autobus électriques en Amérique du Nord à se joindre à laCharging Interface Initiative (CharIN e.V.), une organisation internationale qui développe et établit le Combined Charging System (CCS) comme la norme pour charger les véhicules à batterie de tous les types.
TM4, filiale en propriété exclusive d’Hydro-Québec et chef de file mondial dans le secteur du développement de groupes motopropulseurs électriques, et Cummins ont le projet de développer conjointement un groupe motopropulseur hybride rechargeable pour les autobus urbains de catégorie 7/8 pouvant réduire la consommation de carburant d'au moins 50 % par rapport aux autobus hybrides conventionnels.
Arup, firme mondiale de conception et de conseil dans le secteur du bâtiment, a été nommée par le Groupe aéroportuaire de la Ville de Mexico (GACM) pour élaborer le plan de durabilité du nouvel aéroport international de Mexico (NAICM).
Le cégep de Granby ajoute un nouveau programme à son offre pédagogique. En effet, dès l'automne prochain des étudiants pourront suivre une formation technique en génie mécanique d’une durée de trois ans. Les finissants de ce programme seront aptes à effectuer la conception de divers composants mécaniques, à planifier leur fabrication et à veiller au contrôle de leur qualité.
Dassault Systèmes, leader mondial des logiciels de création 3D, de maquettes numériques en 3D et de solutions de gestion du cycle de vie des produits, acquiert la société Next Limit Dynamics, dont le siège social est situé à Madrid, en Espagne. Cette dernière compte parmi ses clients Airbus, AISIN AW, Caterpillar, Doosan, Ford, Google X, Honda, Mitsubishi, NASA, Safran Helicopter Engines et Toyota.
Ericsson a inauguré début décembre un troisième centre mondial de technologies de l'information et des communications (TIC) à Vaudreuil-Dorion, au Québec. L'emplacement occupe une superficie de 20 000 mètres carrés et est le troisième centre mondial de TIC créé par Ericsson après celui de Linköping en Suède en septembre 2014 et celui de Rosersberg également en Suède en janvier 2016. Ces nouvelles installations favoriseront le développement de l'infrastructure et des services en nuage de prochaine génération, tout en permettant à plus de 20 000 ingénieurs en recherche et développement à travers le monde d'accélérer les cycles d'innovation, de réduire les coûts et de mieux appuyer les clients d'Ericsson.
Altran Technologies a fait l'acquisition de NEXT Ingegneria dei Sistemi, une société de logiciels embarqués basée en Italie qui compte environ 230 salariés. Celle-ci propose à ses clients des produits et services logiciels de pointe.
Chantier Davie Canada, le plus grand constructeur naval au pays, a livré le 20 juillet dernier l'Asterix, le premier grand navire militaire construit au Canada depuis plus de vingt ans. Les 1 369 employés de Davie, soutenus par plus de 900 fournisseurs canadiens, ont travaillé pendant près de deux ans à la construction de ce navire de soutien militaire de la classe Resolve qui entrera en service au sein de la Marine royale canadienne d'ici la fin de l'année.
Fin juillet, le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) accueillait des dignitaires de la Garde côtière des États-Unis (USCG), de la Direction des sciences et de la technologie (S-T) du département de la Sécurité intérieure des États-Unis (DHS), et de la Marine américaine pour aborder et souligner les progrès réalisés dans les essais et l'évaluation des maquettes conçues aux fins du programme d'acquisition de brise-glace lourds de classe polaire des États-Unis.
CGI s’est vu octroyer par l’armée américaine un contrat à prestations et à quantités indéterminées d'une durée de 10 ans évalué à 133,9 M$ US. Ce contrat vise la mise en place d’un système unique de rédaction et de gestion des contrats à l'échelle de l'organisation.
Toronto, Ontario, le 8 jan. - L'entreprise Sims Recycling Solutions (Sims Solutions de Recyclage au Québec), un chef de file mondial dans la réutilisation et le recyclage d'appareils électroniques et électriques, a annoncé qu'elle ouvrait un nouveau site de recyclage de produits électroniques au Québec.
MONTRÉAL, le 27 févr. 2012 - L'Association de l'aluminium du Canada (AAC) a annoncé, dans le cadre du lancement de l'Initiative empreinte carbone, la participation de ses membres - Alcoa Canada, Aluminerie Alouette inc. et Rio Tinto Alcan - à ce programme.Selon Jean Simard, président de l'AAC, « nous voulions être les premiers à participer à ce programme afin de confirmer les résultats des efforts et des investissements consentis par l'industrie au cours des 20 dernières années, conférant à notre aluminium la plus faible empreinte carbone de l'industrie ».En effet, l'industrie de l'aluminium a réduit ses émissions de gaz à effet de serre (« GES ») de 21% en absolu durant la période de 1990 à 2009, alors qu'elle doublait sa production. Le secteur a apporté une des plus grandes contributions à la réduction de GES au Canada, tant par ses investissements majeurs en modernisation, que par l'amélioration du contrôle des procédés, dépassant ainsi, et avant terme, les objectifs de Kyoto et de Copenhague.Toujours selon le porte-parole de l'AAC, cette reconnaissance devrait contribuer à l'avenir à inciter des entreprises de fabrication à s'installer au Québec pour accéder à de l'aluminium à faible empreinte carbone, réduisant d'autant l'empreinte de leur produit. « Du même coup, selon Jean Simard, nous espérons aussi amener nos grands fabricants d'équipements de transport à intégrer l'aluminium du Québec dans leur production. »L'Association de l'aluminium du Canada regroupe les trois grands producteurs d'aluminium canadiens. Ces entreprises exploitent dix (10) alumineries au Canada, dont 9 au Québec, et emploient plus de 10,000 personnes.
MONTRÉAL, le 27 févr. 2012 - Le Centre interuniversitaire de recherche sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG) est heureux d'annoncer que le Ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation (MDEIE) lui confie le projet pilote sur l'empreinte carbone des produits. Premier jalon dans l'initiative de 24 M$ du gouvernement du Québec sur l'affichage de l'empreinte carbone, ce projet pilote vise à statuer sur les bonnes pratiques à mettre en œuvre en matière de quantification, vérification et de certification lors de son déploiement.Malgré les récentes avancées en matière d'harmonisation des protocoles de quantification, l'un des enjeux majeurs du calcul de l'empreinte carbone demeure de fournir des lignes directrices méthodologiques sectorielles afin de favoriser la comparabilité des empreintes carbone entre elles. C'est pour faire face à ces limites que le projet pilote Empreinte carbone Québec a été mis de l'avant. Le CIRAIG a été mandaté pour réaliser ce projet qui fera progresser significativement le domaine de l'affichage environnemental grâce à des échanges avec des acteurs clés du domaine et à la création de partenariats porteurs.C'est dans la perspective de construire l'initiative sur des bases rigoureuses et conformes aux meilleures pratiques internationales que le MDEIE s'associe au CIRAIG. Utilisant le Greenhouse Gas Protocol Product Life Cycle Standard comme méthodologie cadre, le projet pilote comparera différents protocoles en vue d'évaluer la reproductibilité des résultats. C'est l'industrie toute entière, tous secteurs confondus, qui bénéficiera de ce projet qui s'échelonnera sur un an.Le projet pilote profitera également de l'expertise du Bureau de normalisation du Québec (BNQ) en matière de vérification des émissions de GES. Ce dernier émettra des recommandations quant aux bonnes pratiques de vérification et de certification à mettre en place dans une perspective de déploiement de la mesure.« Une prise de décision éclairée en matière d'empreinte carbone des produits doit nécessairement être guidée par une compréhension plus approfondie des méthodes de calcul et ce, de l'extraction des matières premières jusqu'à la fin de vie du produit, soit sur tout le cycle de vie du produit. Nous sommes particulièrement fiers que le MDEIE nous ait accordé sa confiance pour ce projet qui positionnera le Québec à l'avant-scène dans le domaine de l'empreinte carbone des produits » a souligné Valérie Bécaert, directrice exécutive du CIRAIG.Le projet pilote regroupe à ce jour 10 entreprises s'engageant dans la quantification de l'empreinte carbone d'un (ou plus) de leurs produits. Les entreprises ont été sélectionnées par le CIRAIG dans la perspective de couvrir un large spectre de produits, d'entreprises et de paramètres sensibles méthodologiques de calcul. Elles comprennent : Alcoa, Alouette, Aliments Utima Inc., Bell Canada, Chantiers Chibougamau / Nordic Structures Bois, Enerkem, Fibrek, Interplast, Laboratoire M2 ainsi que Rio Tinto Alcan.En plus d'établir une façon cohérente et harmonisée de calculer l'empreinte carbone des produits et services, le projet pilote Empreinte carbone Québec permettra de valoriser sur les marchés d'échange l'avantage compétitif que le Québec tire de la faible empreinte carbone de son hydroélectricité.www.empreintecarbonequebec.org/frwww.ciraig.org
MONTRÉAL, le 17 oct. 2011 - Manufacturiers et exportateurs du Québec (MEQ) est heureux de souligner l'engagement de Transport Robert, de Gaz Métro et du gouvernement du Québec dans un projet de près de 45 millions de dollars, permettant à l'entreprise de transport routier d'augmenter son parc de véhicules lourds de 180 camions fonctionnant entièrement au gaz naturel et ainsi réduire les émissions de gaz à effet de serre. La contribution du gouvernement du Québec de 1,8 millions de dollars dans la Route bleue, un réseau de trois stations d'approvisionnement en gaz naturel, placées au Québec et en Ontario, témoigne également de l'engagement de l'État dans le développement durable.Présent à la conférence de presse au cours de laquelle était annoncé cet investissement majeur, Simon Prévost, président de MEQ a rappelé l'importance des investissements dans les technologies vertes : « Le transport routier, un secteur crucial pour les entreprises manufacturières et exportatrices, est également un émetteur de gaz à effet de serre. Le partenariat entre Transport Robert et Gaz Métro pour réduire les émissions démontre comment l'innovation et l'évolution technologique constituent de véritables leviers de développement durable. »Par ailleurs, la collaboration entre les deux entreprises met en évidence le fait que les possibilités d'innovation et de développement technologique sont multipliées lorsque les expertises travaillent en réseaux. «Il faut absolument encourager ce type de collaboration pour renforcer le secteur manufacturier et l'économie québécoise », d'ajouter M. Prévost.Réussir à mettre sur pied ce genre d'initiative exige des investissements majeurs et beaucoup de persévérance devant les multiples contraintes technologiques et réglementaires. Dans ce contexte, il est fondamental de s'assurer que les conditions d'affaires soient globalement favorables et propices à la croissance des entreprises. « Sans investissement vert, on ne peut envisager une production verte. Notre réponse aux enjeux environnementaux dépend également de notre capacité collective à investir et de la qualité de nos conditions d'affaires » de conclure Simon Prévost. www.meq.ca
Au cours de la première quinzaine du mois d’août, l'Administration portuaire de Montréal (APM) a annoncé que son projet d'alimentation électrique à quai est désormais complété, et que les navires fréquentant le nouveau Terminal de croisières du Port de Montréal peuvent dorénavant être alimentés à l'électricité. Le gouvernement du Canada a versé  5 millions de dollars dans le projet et celui du Québec, 3 millions de dollars. Le coût total du projet s'élève à 11 millions de dollars.
Dans le cadre de la Conférence des ministres de l'énergie et des mines qui s’est tenue le 15 août dernier, Jim Carr, ministre des Ressources naturelles du Canada, a lancé un nouveau programme ENERGY STAR pour l'industrie.
Greenfield Global (auparavant GreenField Specialty Alcohols) le plus important producteur d'éthanol au Canada et un chef de file mondial en alcools purs de spécialité, a amorcé une étude de faisabilité pour accroître de manière significative la production de biocarburants durables à sa bioraffinerie de Varennes, au Québec.
Boralex a récemment mis en service les parcs éoliens de Voie des Monts et de Mont de Bagny, respectivement situés dans le département de l'Aisne et dans le département du Nord, en France. Les parcs éoliens de Voie des Monts (10 MW) et de Mont de Bagny (24 MW) viennent s'ajouter aux 549 MW déjà exploités par Boralex en France.
Dassault Systèmes, leader mondial des logiciels de création 3D, de maquettes numériques en 3D et de solutions de gestion du cycle de vie des produits, et Airbus APWorks, filiale d’Airbus spécialisée dans l’impression 3D métal, ont récemment signé un accord de partenariat collaboratif visant à promouvoir l’utilisation de la fabrication additive (impression en 3D) dans la production à grande échelle auprès des industries de l’aéronautique et de la défense.
Personnalisation des produits, fabrication de pièces à la topologie optimisée, réalisation de formes impossibles à obtenir avec les procédés traditionnels, les promesses de la fabrication additive sont en phase avec l’industrie du futur.
L'initiative de l'École polytechnique de Montréal et celle de l'Université Laval font partie des projets retenus à la suite du premier concours du Programme de recherche en partenariat sur la production et la transformation de l'aluminium, piloté conjointement par le ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation et le Fonds de recherche du Québec - Nature et technologies.
Autodesk et le Rotterdam’s Additive Manufacturing Fiedlab (RAMLAB) ont récemment réalisé un prototype d’hélice pour bateau grâce à la fabrication additive, une première dans le secteur maritime.
Le gouvernement du Québec a récemment accordé une aide financière pouvant atteindre 48 290 $ à Expansion PME, dont le mandat est de contribuer au développement et à la pérennité des PME de la Montérégie. Cette somme servira à soutenir la réalisation d'un projet évalué à 68 985 $.
Fin juin, la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) a lancé un appel d'offres pour la construction d'une passerelle piétonne et cyclable en aluminium qui sera installée au parc national des Îles-de-Boucherville. Une fois réalisée, cette passerelle deviendra parmi les plus longues passerelles en aluminium suspendues au monde, avec ses 120 mètres de portée, et l'une de celles présentant la plus longue distance entre ses deux piliers.
Prodways Group, une société du Groupe Gorgé, a présenté officiellement sa nouvelle RAF Technology (Rapid Additive Forging), pour l’impression 3D métal de pièces de grandes dimensions en titane, tout juste quelques heures avant l’ouverture du Salon International de l'Aéronautique et de l'Espace (SIAE) de Paris-Le Bourget.
Après dix-huit mois de travaux et un investissement de 27 millions de dollars, ArcelorMittal Produits longs Canada a inauguré début juin la nouvelle ligne de finition de son laminoir de Longueuil. L’ajout de ce nouvel équipement fait passer la capacité de laminage de l'usine de 400 000 à 500 000 tonnes par année.
TSO3, une société installée à Québec œuvrant dans le domaine de la stérilisation des instruments médicaux en milieu hospitalier, projette actuellement d'obtenir auprès des autorités américaines l'autorisation 510(k) pour son stérilisateur Sterizone VP4 pour la stérilisation dite « terminale » de deux duodénoscopes utilisés dans plus de 90 % des procédures de cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique (CPRE) à l'échelle mondiale.
Professeur en génie mécanique et chercheur spécialisé en biomécanique et génie biomédical à Polytechnique Montréal, Carl-Éric Aubin s’est vu confier récemment la direction générale et scientifique de l’Institut TransMedTech, qui vise à accélérer le processus d’innovation et de mise en œuvre de technologies médicales, notamment à l’aide d’approches interdisciplinaires, pour le traitement de maladies musculosquelettiques et cardiovasculaires et de cancers. Cet institut vise également à favoriser la conception et l’adoption de ces technologies en fonction des besoins des patients et usagers.
Le gouvernement du Québec a décidé de prolonger jusqu'en 2020 l'entente qu’il avait signée avec l'entreprise québécoise CAE, en 2009, pour la mise en œuvre d'un programme de recherche et développement évalué aujourd’hui à 192,3 millions de dollars.
La ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique, Dominique Anglade, et son collègue de l'Éducation, du Loisir et du Sport, Sébastien Proulx, ont annoncé, mardi matin (26 avril), l'octroi d'un montant de 3,3 millions $ pour la construction d'un tout nouveau pavillon de recherche.

Les plus populaires

Événements récents

No events