Génie de Conception

Aérospatiale Nouvelles
Air Transat et Aerocycle créent un programme de démantèlement écoresponsable d’avions commerciaux


27 janvier 2014
Par Eric Cloutier
Un modèle d’avion Airbus 310 d’Air Transat. (Photo : Alexandre Gouger, Wikipedia) (Photo : Alexandre Gouger, Wikipedia)

Air Transat et l’entreprise Aerocycle, spécialisée dans le démantèlement et le recyclage écoresponsable d’aéronefs, ont annoncé, le 16 janvier, la création d’un programme de démantèlement d’appareils en fin de vie après avoir jeté les bases de ce projet écoresponsable et durable en démantelant deux Airbus A310 et en récupérant 87 % des composantes de ces appareils.

Il s’agit d’une première au Canada.

 

Advertisment

«Réalisé à l’aéroport de Mirabel en juillet 2013, le démantèlement des deux appareils d’Air Transat a été exécuté en respectant la norme internationale établie par l’Aircraft Fleet Recycling Association (AFRA) de même qu’un système de gestion environnementale mis sur pied par Aéroports de Montréal (ADM), sous la coordination du cabinet-conseil en développement durable Eko-Conseil», peut-on lire dans un communiqué. 

 

«La protection de l’environnement et le développement durable font partie de la culture d’entreprise de Transat. Depuis 2007, nous intensifions nos efforts en matière de gestion environnementale et nous sommes fiers aujourd’hui d’être considérés comme des leaders dans le dossier du démantèlement d’appareils en fin de vie. Pour être qualifié de durable, un démantèlement doit permettre de recycler au moins 85% de l’appareil. Grâce à la participation de nos employés et de notre réseau de partenaires, nous avons pu atteindre un niveau de performance impressionnant et dépasser la norme établie par l’industrie», a déclaré Jean-François Lemay, directeur général d’Air Transat. 

 

Aucune norme environnementale en matière de démantèlement n’est actuellement imposée en Amérique du Nord. Cependant, l’initiative d’Air Transat et d’Aerocycle a permis de récupérer 83 tonnes d’aluminium et de traiter tous les matériaux recyclés localement. En optant pour un démantèlement local, Air Transat a voulu s’assurer d’un meilleur contrôle des impacts environnementaux et diminuer les risques liés à la gestion des matières dangereuses. Selon Air Transat, ce projet a également permis à ce transporteur de contribuer à créer une expertise en matière de démantèlement écoresponsable au Québec et d’encourager les entreprises locales de recyclage. 

 

«Au cours des 20 prochaines années, quelque 12 000 avions commerciaux devront être démantelés à l’échelle mondiale», déclare Ron Haber, président et chef de la direction d’Aerocycle.

 

«Déjà, le Québec est un centre névralgique dans le domaine de l’aéronautique et nous avons comme objectif de faire de Montréal un pôle d’excellence dans le démantèlement et le recyclage d’avions. Nous sommes heureux de pouvoir compter sur des entreprises comme Air Transat, Aéroports de Montréal, Aéro-Montréal, la grappe aérospatiale du Québec et Eko-Conseil, qui ont à cœur la gestion environnementale des appareils en fin de vie», ajoute M. Haber.

www.transat.com