Génie de Conception

Aérospatiale En Vedette
Topographier la surface des océans

Pour établir une protection efficace pour les régions côtières.


16 juillet 2021
Par GC staff
(Photo credit: European Space Agency)

Après six mois d’étalonnage minutieux, le satellite Michael Freilich, de la mission Sentinel-6, a été déclaré opérationnel. Cela signifie qu’il peut désormais fournir des mesures de haute précision de la topographie de la surface des océans pour donner aux scientifiques des informations vitales sur les indicateurs des changements climatiques.

Soulignons que le niveau mondial des mers augmente actuellement de 3,3 millimètres en moyenne par an en raison du réchauffement climatique ; cela pourrait potentiellement avoir des conséquences dramatiques pour les pays ayant des zones côtières densément peuplées.

Pesant environ 1,5 tonne, le satellite porte un altimètre radar, qui fonctionne en mesurant le temps nécessaire aux impulsions radar pour remonter à la surface et revenir au satellite. Combinées à des données de localisation satellite précises, les mesures altimétriques donnent la hauteur de la surface de la mer.

Advertisement

En plus de mesurer l’élévation du niveau mondial de la mer et la circulation océanique au cours d’une mission pouvant durer jusqu’à sept ans, le satellite enregistrera les profils verticaux de la température et de l’humidité atmosphériques.

Le satellite est sur une orbite non héliosynchrone de 1 336 km avec une inclinaison de 66 degrés de sorte qu’il passe au-dessus d’endroits à différentes heures du jour et de la nuit, ce qui lui permet de mesurer des changements qui peuvent varier au cours de 24 heures, comme les marées.

« Les conclusions de la mission permettront aux gouvernements et aux institutions d’établir une protection efficace pour les régions côtières. Les données seront précieuses non seulement pour les organisations de secours en cas de catastrophe, mais aussi pour les autorités impliquées dans l’urbanisme, la sécurisation des bâtiments ou la mise en service des digues. 

Les données aideront également les scientifiques à améliorer encore les prévisions météorologiques et les prévisions d’ouragans », a déclaré Philippe Pham, responsable de l’observation de la Terre, de la navigation et de la science chez Airbus.

Développée sous le leadership industriel d’Airbus, la mission Sentinel-6 comprendra deux satellites, un second devrait suivre en 2025. Elle fait partie du programme Copernicus de l’Union européenne pour l’environnement. 

S’il s’agit d’une mission européenne, Sentinel-6 est un véritable exemple de coopération internationale : il a été développé conjointement par l’ESA, la NASA, EUMETSAT et la NOAA, avec le soutien du CNES.
https://www.airbus.com/
https://www.esa.int/


Imprimer cette page

À propos



Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*