Génie de Conception

Aérospatiale Nouvelles
Québec investit 1 milliard $ dans la CSeries de Bombardier


9 novembre 2015
Par Eric Cloutier
La contribution de Bombardier dans la SEC s’élève à 50,5 % des parts, et comprendra notamment le transfert de quelque 1 700 employés dans cette nouvelle entité administrative et corporative, ainsi que ceux des contrats de fournisseurs et de clients, des actifs et des propriétés intellectuelles nécessaires pour la poursuite les activités de conception, de fabrication et de commercialisation des avions biréacteurs CS100 et CS300. (Photo : site Web de Bombardier, www.bombardier.com, www.cseries.com)

Québec a annoncé, le 29 octobre, l’injection d’un montant atteignant le milliard de dollars dans le programme des avions de la CSeries de Bombardier pour en aider la réalisation.

Cette somme fait suite à une entente conclue entre le gouvernement et la multinationale québécoise. Par le fait même, Québec et Bombardier une société en commandite (SEC) pour gérer cet investissement qui permettra à la province de détenir 49,5 % des parts de la nouvelle société.

La contribution de Bombardier dans la SEC, qui s’élève à 50,5 % des parts, comprendra notamment le transfert de quelque 1 700 employés dans cette nouvelle entité administrative et corporative, ainsi que ceux des contrats de fournisseurs et de clients, des actifs et des propriétés intellectuelles nécessaires pour la poursuite les activités de conception, de fabrication et de commercialisation des avions biréacteurs CS100 et CS300.

Advertisment

Le ministre de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations, Jacques Daoust, a procédé à cette annonce en qualifiant de «partenariat historique» l’entente dévoilée.

«Par cet investissement stratégique, nous contribuerons au développement d’un avion aux caractéristiques uniques, qui fait déjà l’objet d’une attention particulière à l’échelle internationale. Grâce à ce partenariat, nous retirerons des bénéfices de la société en commandite, et ce, au profit de la collectivité. Cet investissement stratégique assurera également la pérennité de l’ensemble des activités liées à la CSeries au Québec pour une période d’au moins vingt ans», a déclaré le ministre Daoust.

«L’investissement, puisé à même le Fonds du développement économique, sera administré par Investissement Québec. Deux versements de 500 millions de dollars américains chacun seront faits respectivement le 1er avril et le 30 juin 2016. De plus, le gouvernement recevra 200 millions de bons de souscription d’actions, soit 100 millions de bons lors de chaque déboursé. Chacun donnera le droit au gouvernement d’acheter une action classe B de Bombardier à un prix d’exercice correspondant à l’équivalent, en dollars US, de 2,21 $ CA par action sur une période de cinq ans», précise le gouvernement par voie de communiqué.

Les appareils de la CSeries font partie du segment de marché des avions à réaction de 100 à 150 places. Réputés pour leur faible consommation de carburant, ces avions s’avèrent silencieux sur le marché.

«Leur certification est en voie d’être complétée et, déjà, les engagements signés et les commandes fermes se chiffrent à plus de 600», peut-on lire encore.

Le gouvernement du Québec se décrit comme un «État partenaire» et non «subventionnaire» dans ce dossier, en précisant qu’il intervient comme investisseur et qu’à ce titre, «il peut escompter obtenir un rendement approprié».

«Nous saisissons aujourd’hui une occasion unique de s’associer à une entreprise emblématique du génie québécois. Pour le gouvernement du Québec, il est impératif que la filière aéronautique québécoise puisse se développer et prospérer. Nos travailleurs possèdent l’expertise, le talent et la créativité nécessaires pour mener la CSeries vers de nouveaux sommets», conclut le ministre Daoust.

www.bombardier.com