Génie de Conception

Nouvelles Nouvelles générales
Pour détecter les contaminants dans l’eau


9 mars 2020
Par GC Staff

Pour simplifier le processus de surveillance des systèmes d’eau potable et détecter la présence de contaminants comme le plomb, l’arsenic et d’autres métaux lourds, des chercheurs du MIT ont développé une approche appelée Sepstat destiné à l’extraction, la conservation, le stockage, le transport et l’analyse des traces de contaminants. La méthode est basée sur un petit appareil convivial développé par l’équipe qui absorbe les traces de contaminants dans l’eau et les conserve à l’état sec afin que les échantillons puissent être facilement expédiés par la poste à un laboratoire pour une analyse plus approfondie.

 

L’appareil est fabriqué à partir d’une maille polymère découpée en plusieurs panneaux en forme d’hélice. Dans chaque panneau, les chercheurs ont cousu à la main de petites poches, qu’ils ont remplies de perles en polymère. Ils ont ensuite cousu chaque panneau autour d’un bâton en polymère pour ressembler à une sorte de batteur à œufs ou à un fouet. 

Advertisment

Autrement dit, l’appareil ressemble à une petite hélice ou  à un fouet flexible, qui s’adapte à l’intérieur d’une bouteille d’échantillonnage typique. Lorsqu’il tourne à l’intérieur de la bouteille pendant plusieurs minutes, l’instrument peut absorber la plupart des traces de contaminants dans l’échantillon d’eau. Un utilisateur peut soit sécher à l’air l’appareil ou le tamponner avec un morceau de papier, puis l’aplatir et l’envoyer dans une enveloppe à un laboratoire, où les scientifiques peuvent le plonger dans une solution d’acide pour éliminer les contaminants et les collecter pour en faire ensuite l’analyse.

« Nous avons initialement conçu cela pour une utilisation en Inde, mais cela m’a beaucoup appris sur nos propres problèmes d’eau et de trace de contaminants aux États-Unis, explique Emily Hanhauser, conceptrice d’appareils, une étudiante diplômée du Département de génie mécanique du MIT. Par exemple, si quelqu’un qui a entendu parler de la crise de l’eau à Flint, Michigan, veut maintenant savoir ce qu’il y a dans l’eau de sa communauté, cette personne pourrait un jour commander quelque chose comme ça en ligne, faire le test lui-même et l’envoyer à un laboratoire. »

Les chercheurs ont découvert qu’en agitant l’appareil dans l’échantillon d’eau, l’appareil était capable d’absorber et de conserver environ 94 % des contaminants métalliques dans chaque échantillon. Avec un coût unitaire inférieur à 2 $US, les chercheurs pensent que l’appareil pourrait faciliter le transport des échantillons vers des laboratoires centralisés, pour une analyse future et l’acquisition de données sur la qualité de l’eau de manière centralisée, ce qui, à son tour, pourrait aider identifier les sources de contamination, orienter les décisions en matière de gestion de la qualité de l’eau et en permettre un meilleur suivi.
http://news.mit.edu/