Génie de Conception

Fabrication additive Nouvelles
Une impression 3D biodégradable


9 mars 2020
Par GC Staff

Des chercheurs de l’Université de Toronto à Scarborough ont, pour la première fois, transformé l’huile de cuisson usagée provenant des friteuses d’un McDonald’s local en une résine d’impression 3D biodégradable à haute résolution, un produit qui a servi à réaliser le papillon présenté ci-dessus.

 

Andre Simpson, professeur au département des sciences physiques et environnementales de l’Université de Toronto à Scarborough, s’est d’abord intéressé à l’idée quand il a acheté une imprimante 3D il y a environ trois ans. Après avoir noté que les molécules utilisées dans les résines commerciales étaient similaires aux graisses trouvées dans les huiles de cuisson, il s’est alors demandé si une molécule de résine pouvait être créée en utilisant des huiles de cuisson usagées.

L’utilisation d’huiles de cuisson usagées pour l’impression 3D présente un potentiel important. Non seulement cette résine est-elle  est moins chère à produire, mais les plastiques fabriqués à partir de cette résine se décomposent naturellement contrairement aux résines d’impression 3D classiques. 

En outre, comme elles sont dérivées de combustibles fossiles et nécessitent plusieurs étapes de production, les résines conventionnelles à haute résolution peuvent coûter jusqu’à 525 $US par litre. Tous les produits chimiques, sauf un, utilisés pour fabriquer la résine dans le laboratoire de Simpson peuvent être recyclés, ce qui signifie qu’elle pourrait être fabriquée pour aussi peu que 300 $US par tonne, ce qui est moins cher que la plupart des plastiques. 

Un autre avantage clé de cette résine est sa biodégradabilité. En effet, les chercheurs ont découvert que l’enfouissement dans le sol d’un objet imprimé en 3D avec leur résine avait perdu 20 % de son poids en environ deux semaines. « Si vous l’enfouissez dans le sol, les microbes commenceront à le décomposer, car il ne s’agit essentiellement que de graisse, explique Andre Simpson, C’est quelque chose que les microbes aiment réellement manger et ils font un bon travail pour le décomposer. » 
https://utsc.utoronto.ca


Imprimer cette page

À propos



Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*