Génie de Conception

Aérospatiale Nouvelles
Une technologie canadienne équipe l’observatoire spatial japonais ASTRO-H


7 mars 2016
Par Eric Cloutier
Installé à bord d'ASTRO-H, le Système canadien de métrologie du satellite ASTRO-H (CAMS) - que l’on voit sur la photo de droite - est composé de deux modules (d'environ 15 centimètres cubes chacun) comportant des lasers montés sur le satellite et d'un réflecteur prismatique installé à l'extrémité du mât de six mètres de l'observatoire spatial, où se trouvent aussi les capteurs du télescope à rayons X durs. Les modules du CAMS émettent des rayons laser par impulsion rapide vers le réflecteur prismatique qui renvoie le rayon vers les modules, permettant ainsi de calculer les déplacements latéraux à un degré d'exactitude équivalent à la largeur de deux cheveux humains. En comparant les déplacements latéraux mesurés par chaque capteur, il est possible de déterminer la rotation du télescope autour de son axe principal et les données recueillies pendant le temps d'observation peuvent être calibrées à un degré d'exactitude beaucoup plus élevé que si le système de mesure canadien n'était pas en place. (Photos : Agence spatiale canadienne)

Un système de mesure au laser canadien, le Système canadien de métrologie du satellite ASTRO-H (CAMS), fourni par l’Agence spatiale canadienne (ASC), a été installé à bord de l’ASTRO-H, un observatoire spatial japonais lancé avec succès dans la nuit du 17 février.

 

Expédié dans l’espace depuis le Centre spatial Tanegashima à 00h45, heure normale du Pacifique (3h45, heure normale de l’Est), l’ASTRO-H «a pour mission d’explorer des phénomènes mystérieux de l’Univers à un niveau de détail sans précédent», peut-on lire dans un communiqué émis par l’ASC.

Advertisment

«La contribution de l’ASC à CAMS permettra à trois Canadiens de faire partie de l’équipe scientifique de la mission. Ils auront un accès privilégié à l’observatoire spatial pour examiner des trous noirs, des supernovas et des amas de galaxies. Ils étudieront également la formation de galaxies comme notre Voie lactée et le comportement de la matière dans des conditions extrêmes», renchérit l’Agence spatiale canadienne.

Celle-ci investira une somme estimée à 10 millions de dollars (taxes comprises) sur sept ans dans la mission ASTRO-H. Ce montant comprend les contrats octroyés à l’industrie et le soutien à l’équipe scientifique.

Les trois personnes formant cette équipe sont les professeurs Luigi Gallo, de l’Université Saint Mary’s, à Halifax, Brian McNamara, de l’Université de Waterloo, et Samar Safi-Harb, de l’Université du Manitoba, ainsi que leurs chercheurs et étudiants respectifs.  M. Gallo dirige l’équipe scientifique canadienne.

Le CAMS consiste en une technologie optique de précision conçue, fabriquée, assemblée et mise à l’essai par l’entreprise Neptec Design Group Ltd., le tout à l’intérieur d’une période d’à peine quatre années. Ce système «permet de faire l’étalonnage des mesures prises avec le télescope aux rayons X durs de l’observatoire, ce qui améliore considérablement la qualité des images» explique l’ASC.

«Le CAMS est constitué d’un laser et d’un détecteur fixés à une extrémité de l’engin spatial, et d’un miroir cubique situé à l’extrémité opposée, sur un mât extensible, à 12 m de distance. Le mât a tendance à se plier et à se tordre en raison des variations de température extrêmes dans l’espace. Le CAMS mesurera les distorsions du mât avec une précision équivalente à l’épaisseur de deux cheveux humains», renchérit-elle.

L’équipe scientifique canadienne pourra accéder aux données exclusives durant la première année d’exploitation de l’observatoire. Par la suite, ce sont tous les membres du milieu canadien de l’astronomie qui pourront proposer des idées en vue d’autres études spatiales.

«Le CAMS illustre parfaitement l’effet positif d’un investissement stratégique de l’Agence spatiale canadienne dans une technologie canadienne sur les ventes à l’exportation et sur la création d’emplois à valeur ajoutée au Canada. Grâce à ce projet, le Canada est à la fine pointe des applications spatiales des capteurs optiques», a souligné Paul Nephin, président-directeur général de Neptec Design Group Ltd. 

www.asc-csa.gc.ca