Génie de Conception

Aérospatiale Nouvelles
Air Canada introduira du biocarburant renouvelable dans un système aéroportuaire d’alimentation


12 avril 2016
Par Eric Cloutier

Air Canada a annoncé, le 5 avril, sa participation à l’Initiative canadienne de la chaîne d’approvisionnement de biocarburant (ICCAB).

 

L’objectif de ce projet collectif triennal, auquel prennent part 14 organismes, consiste à introduire 400 000 litres de biocarburant aviation renouvelable dans un système partagé à un aéroport canadien.

Advertisement

Cet aéroport n’a toutefois pas encore été déterminé selon le transporteur qui précise que l’ICCAB se veut une première au Canada. Cette initiative consiste à créer une chaîne d’approvisionnement en biocarburant durable au pays à partir de matières premières renouvelables.

Auparavant, les vols d’Air Canada assurés par des appareils propulsés au biocarburant avaient recours du biocarburant séparé et chargé séparément par des camions-citernes.

«En comparaison, l’objectif de l’ICCAB est d’établir un cadre d’exploitation plus efficace pour introduire du biocarburant dans un système aéroportuaire d’alimentation en carburant multiutilisateurs», peut-on lire dans un communiqué.

L’ICCAB est coordonnée par le groupe de travail sur l’aviation de BioFuelNet Canada, gérée par Waterfall Group et financée principalement par le Groupement aéronautique de recherche et développement en environnement, un organisme sans but lucratif soutenu financièrement par le Programme des réseaux de centres d’excellence dirigés par l’entreprise du gouvernement du Canada et l’industrie canadienne de l’aéronautique.

Outre Air Canada, les autres participants à l’ICCAB sont ASCENT (Federal Aviation Administration (FAA) des États-Unis, Centre of Excellence for Alternative Jet Fuels & Environment à l’Université d’État de Washington, Massachusetts Institute of Technology), BioFuelNet, Boeing, Commercial Aviation Alternative Fuels Initiative (CAAFI), l’Association du transport aérien international (IATA), l’Université McGill, le Conseil national de recherche du Canada (CNRC), l’Université Queen’s, SkyNRG, Transports Canada, l’Université de Toronto, Waterfall Group.

«Nous sommes ravis d’appuyer cet important projet en facilitant la logistique inhérente à l’introduction de biocarburant dans un système aéroportuaire partagé», a déclaré Teresa Ehman, directrice – Affaires environnementales d’Air Canada.

«Contribuant à la croissance responsable et à la durabilité de l’environnement, Air Canada a investi des milliards de dollars dans le renouvellement de son parc aérien en vue de réduire sa consommation de carburant et d’atteindre ses cibles actuelles de réduction des émissions. Le biocarburant a le potentiel de jouer un rôle considérable dans notre stratégie pour réaliser les objectifs à long terme de l’industrie, soit une croissance neutre en carbone à compter de 2020 et une réduction de 50 pour cent des émissions d’ici 2050 par rapport aux niveaux de 2005. L’ICCAB aidera fortement à l’avancement d’une chaîne d’approvisionnement en biocarburant au pays», a renchéri Mme Ehman.

«Le Canada regorge de sources de biomasse agricole et forestière et promeut des pratiques durables de récolte et de production reconnues mondialement. Le biocarburant utilisé dans ce projet proviendra de sources oléochimiques canadiennes disponibles sur le marché et certifiées durables, par un procédé de valorisation des esters hydrotraités et acides gras (HEFA). Il sera mélangé avec du carburant aviation dérivé du pétrole pour satisfaire à toutes les exigences techniques de qualité, avant d’être introduit dans un réservoir partagé à un aéroport canadien. Air Canada prévoit introduire approximativement 400 000 litres de biocarburant mélangé. L’ICCAB aidera également à surmonter les obstacles à la logistique de l’approvisionnement qui se dressent lorsque des biocarburants aviation sont introduits à de grands aéroports canadiens», écrit encore Air Canada.

«L’ICCAB comporte une composante majeure de recherche avec la participation de l’Université Queen’s, de l’Université de Toronto et de l’Université McGill, qui aideront à la modélisation de la disponibilité de la matière première, à la détermination et à l’élimination des obstacles à l’adoption du biocarburant dans des systèmes partagés et à l’application de la métanorme de la IATA en matière de durabilité», conclut le communiqué.

www.gardn.org, www.aircanada.com