Génie de Conception

Conception Nouvelles
Une imprimante à jet d’encre couleur modifiée et unique au monde pour Festo Didactic


6 février 2015
Par Eric Cloutier
La surface originale de l’imprimante a été retirée pour être remplacée par six gabarits conçus et bâtis dans l’usine de Festo Didactic à Québec.

L’usine Festo Didactic de Québec (connue jadis sous le nom de Lab-Volt) s’est offert, l’automne dernier, une nouvelle imprimante à jet d’encre couleur UV automatisée, le modèle Q5-500 Flatbed UV du manufacturier chinois Handtop, pour son service de sérigraphie.

Ce qu’il y a de particulier toutefois, c’est que l’entreprise, une division du géant de l’automatisation allemand Festo et qui se spécialise dans la fabrication d’équipements didactiques destinés exclusivement à l’enseignement technique postsecondaire, collégial et universitaire, a dû faire plusieurs démarches afin d’obtenir une autorisation de Handtop et de son distributeur nord-américain CET Color pour modifier la machine et en faire un modèle unique au monde qui répond à ses besoins spécifiques d’impression sur pièces métalliques. 

 

Advertisment

«La problématique qu’il a d’abord fallu régler dans ce cas-là, c’était de trouver un fournisseur d’équipement qui allait nous permettre de modifier la machine pour l’adapter à nos besoins, tout en conservant la garantie du manufacturier. Il a donc fallu rapidement organiser une visite de l’usine et montrer ce qu’on faisait pour obtenir du fournisseur de la machine l’autorisation de la modifier et le maintien de la garantie. On n’a pas le choix de modifier la machine parce qu’on imprime sur du matériel en 3D, ce qui est quasiment unique en matière de procédé de fabrication. Même Festo, qui compte 16 800 employés à travers le monde, ne possède pas quelque chose du genre dans ses autres installations», avait indiqué Michel Lessard, vice-président principal à l’exploitation au sein de la nouvelle l’usine de Québec de Festo Didactic, le 18 septembre dernier, lors d’une entrevue accordée dans la foulée de l’acquisition de l’ancienne entreprise Lab-Volt par Festo Didactic et de la fusion des deux compagnies officialisée le 20 juin 2014.

 

Lors d’une seconde visite de PIQ à l’usine de Québec, le 21 janvier, la nouvelle machine était prête à être montrée. Simon Gagné, ingénieur au service d’ingénierie de production, a expliqué que l’encre couleur utilisée dans l’imprimante est rapidement séchée par des lampes UV et que la surface originale de l’imprimante a été retirée pour être remplacée par une autre dont le concept a été créé dans l’usine de Québec.

 

«À l’origine, la surface originale de l’imprimante était conçue pour imprimer sur des panneaux de carton ou de papier de 4 pieds par 8 pieds et d’une épaisseur maximale de 4 po. Cependant, les plaques métalliques sur lesquelles on doit imprimer ont plus que 4 po de profondeur. Elles peuvent avoir facilement jusqu’à 18 po de profondeur minimale. Il a donc fallu enlever la grande surface rectangulaire, qui ressemblait à une table de hockey sur coussin d’air, qui était perforée et équipée de moteurs qui aspiraient l’air et qui permettaient de retourner une grande feuille de carton pour ensuite imprimer des deux côtés. On a remplacé la surface par des gabarits qu’on a conçus et bâtis ici à Québec et qui servent à tenir nos pièces de 18 po de profondeur en position verticale pour que l’on puisse imprimer sur la façade de chaque pièce pendant qu’elle est maintenue à l’horizontale. Ça fait plus de trois mois que nous sommes deux employés à travailler presque à temps plein sur cette machine pour faire les travaux de préparation et, depuis deux semaines, nous sommes dans l’étape de la mise en production», a expliqué M. Gagné, le 18 janvier.

 

«De façon plus précise, deux ou trois semaines ont été consacrées à la modification de la machine, c’est-à-dire à enlever la surface de la table et à désassembler d’autres composantes pour effectuer nos tests de gabarits, pour vérifier si nos différents concepts de gabarits fonctionnaient et pour voir quel serait le modèle final de gabarit que l’on retiendrait. Une fois le modèle final trouvé, nous l’avons fabriqué. Cependant, tant et aussi longtemps que la machine ne nous avait pas été livrée, nous ne pouvions rien faire. Je n’avais pas les dimensions exactes ni l’emplacement des points d’attache où je pouvais penser fixer les nouveaux gabarits, même si j’avais une certaine idée de la configuration à l’intérieure de la machine. On a passé les deux dernières semaines à tester la précision de la machine», ajoute Simon Gagné, en spécifiant que six gabarits de pièces métalliques de 18 po peuvent au total être insérés dans l’imprimante.

 

Celui-ci précise qu’aucun trou supplémentaire – autre que ceux existant à l’origine – n’a été percé sur la surface de la machine et qu’un réassemblage de la Q5-500 Flatbed UV dans son état original serait faisable si cela s’avérait nécessaire. Aucun ajout d’équipement pour faire fonctionner la machine n’a été nécessaire à l’intérieur de celle-ci.

 

«Au contraire, on a même enlevé les pompes servant à créer de la succion pour pousser nos pièces. Nous n’avons gardé que l’essentiel de l’équipement mécanique dont nous avions besoin. On n’a pas besoin de ces pompes à succion parce que dans notre cas, nous travaillons avec des aimants mécaniques», souligne-t-il.

 

M. Gagné ajoute que les espaces vides créés par le retrait de ces pompes et qui accueilleront dorénavant jusqu’à six gabarits pour pièces métalliques permettront l’insertion de pièces dont la profondeur maximale pourrait atteindre jusqu’à 33,5 po. L’acquisition d’une seconde imprimante à jet d’encre couleur Q5-500 Flatbed UV est normalement prévue au cours l’année 2015 selon lui.

 

«On va ensuite pouvoir réaffecter des employés de sérigraphie à d’autres tâches dans le service. L’imprimante nous permet d’imprimer en couleur et non seulement en noir et blanc», renchérit Simon Gagné.

 

Le temps d’impression couleur sera somme toute cinq fois plus rapide sur une Q5-500 Flatbed UV que celui que consacrait un employé de sérigraphie de Festo Didactic pour illustrer manuellement la façade d’une pièce métallique.

 

Des photos supplémentaires seront publiées dans le numéro Janvier/Février 2015 de PIQ.