Génie de Conception

Fabrication additive Nouvelles
Un steak imprimé en 3D


5 novembre 2018
Par GC Staff

Giusseppe Scionti, un chercheur de l’Université Polytechnique de Catalogne (UPC), à Barcelone, en Espagne, a modifié une imprimante 3D à dépôt de matière fondue pour fabriquer différents steaks à base de viande végétale, son objectif étant d’imiter l’aspect et la texture de la vraie viande ou du poulet et mettre ainsi fin à l’exploitation des animaux. Un plat à priori peu appétissant, mais qui offre une alternative intéressante à l’heure où le végétarisme prend de l’ampleur.

 

Ce steak imprimé en 3D est composé de riz, de pois et d’algues. À partir de ces ingrédients, le chercheur a pu créer une pâte rougeâtre d’une texture similaire à celle de la viande rouge. Bien que l’esthétique du produit final reste à améliorer, le but final est clair : mettre fin à l’exploitation des animaux. 

Advertisment

Le chercheur explique qu’il a modifié une imprimante 3D à laquelle il a ajouté une seringue pour extruder la pâte; le mélange se transforme en microfilaments d’impression qui viennent former le morceau de viande, couche par couche. Le secret de la texture finale résiderait davantage dans la recette de cette pâte que dans l’impression en tant que telle. 

Dans une interview qu’il a donnée au journal britannique Daily Mail, de Londres, Giusseppe Scionti a déclaré que « le goût des premiers prototypes est bon, mais il ne reproduit pas encore celui de la chair animale. Cependant, cela ne me dérange pas, car les technologies pour imiter le goût de la viande animale se sont déjà bien développées ces dernières années. Le principal défi pour moi était d’obtenir une consistance et une texture similaires à celles de la viande animale, un processus qui n’avait pas encore été inventé jusqu’ici ».

Giusseppe Scionti arriverait aujourd’hui à produire 110 grammes de steak végétarien cru en 30 à 50 minutes, un temps qu’il espère réduire pour proposer une méthode de fabrication plus rapide que celles existantes, l’objectif étant de le faire en 10 minutes. Le coût de production serait également très intéressant : « celui-ci ne dépassera pas les 50 centimes d’euros, une bonne nouvelle pour tous les végétariens qui sont de plus en plus nombreux aujourd’hui », ajoute-t-il.

Enfin, il explique qu’il a déjà approché quelques chefs cuisiniers avec son idée; certains ont été très réceptifs à l’idée de « servir un plat qui ressemble à de la viande, mais qui a le goût de champignon. » 
https://www.upc.edu/


Imprimer cette page

À propos



Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*