Génie de Conception

Automatisation Nouvelles
Québec et Siemens AG aideront les manufacturiers d’ici à transiter vers l’industrie 4.0


9 août 2016
Par Eric Cloutier

Le gouvernement du Québec et la société Siemens AG se sont entendus, le 14 juillet, pour développer des initiatives conjointes afin d’aider le secteur manufacturier québécois à transiter vers une quatrième révolution industrielle caractérisée par le déploiement du numérique et l’automatisation.

 

Des échanges entre le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et le président-directeur général de Siemens AG, Joe Kaeser, se sont déroulés en marge de la 8e Conférence des chefs de gouvernement des Régions partenaires qui s’est déroulée à Munich.

Advertisment

Siemens AG, un groupe spécialisé dans les hautes technologies et dont le siège social est à Munich en Allemagne, emploie 348 000 personnes à travers le monde et a réalisé un chiffre d’affaires de 110 milliards $ CA en 2015. Cette société dispose d’une usine à Dorval et qui pourrait entre autres servir de pivot pour de nouvelles collaborations avec le gouvernement québécois en matière d’automatisation.

«Trois piliers guident l’action économique du gouvernement du Québec, soit le manufacturier innovant, les exportations et l’entrepreneuriat. Le gouvernement entend appuyer les projets manufacturiers innovants et favoriser l’intégration des technologies de pointe. L’industrie 4.0 est un vecteur important de croissance économique et de compétitivité industrielle qui permet la création de chaînes de valeur prospères et d’emplois de qualité. L’avènement de l’ère numérique offre au Québec des occasions d’affaires inestimables. Une collaboration avec Siemens, qui a des compétences en la matière reconnues mondialement, est exactement une de ces occasions d’affaires que nous devons saisir afin d’être à l’avant-plan en matière d’économie numérique», a déclaré le premier ministre Couillard.

«Multinationale de premier plan en numérisation et en automatisation, Siemens AG accueille avec enthousiasme cette possibilité d’épauler le gouvernement du Québec dans la mise en place de technologies de production de pointe», affirme son président et chef de la direction, Joe Kaeser. Nous sommes la seule entreprise au monde à réunir sous un même toit des capacités industrielles virtuelles et réelles, caractéristiques de l’industrie 4.0, et nous nous réjouissons de participer à la transformation numérique du Québec», a affirmé, pour sa part, Joe Kaeser.

Les deux hommes ont notamment dit vouloir soutenir «des initiatives favorisant le partage de pratiques exemplaires sur le manufacturier innovant pour promouvoir et implanter davantage de technologies numériques vers le tissu industriel québécois».

Québec et Siemens AG souhaitent rendre leur échange d’expertises ouvert à un réseau de partenaires industriels ou à des centres de recherche qui se trouvent au Québec ou ailleurs et qui ont des compétences spécifiques en matière de technologies numériques afin d’augmenter les capacités technologiques des entreprises québécoises et leur migration vers le numérique. Leur objectif commun consiste à favoriser «le déploiement d’une offre industrielle québécoise plus compétitive et capable d’intégrer les chaînes de valeur mondiales de plus en plus exigeantes et potentiellement la chaîne de valeur globale de Siemens».

Québec et Siemens ont également discuté du développement de l’usine de turbines à gaz dérivées de l’aérospatiale de Dorval afin d’en faire éventuellement un centre de compétences mondiales pour permettre progressivement de rapatrier une partie de la chaîne d’approvisionnement de Siemens vers le Québec.

Le premier ministre Couillard s’est dit très intéressé par le modèle allemand du «système de formation intégré au travail», qu’a entre autres adopté Siemens.

«Ce modèle renforce la persévérance scolaire, favorise l’apprentissage en milieu de travail et actualise les compétences acquises afin de pouvoir fournir une main-d’œuvre qualifiée qui puisse répondre aux exigences propres du secteur manufacturier innovant», conclut le communiqué.