Génie de Conception

Aérospatiale Nouvelles
Québec et le secteur privé injecteront 80 millions $ pour développer l’avion écologique de demain


7 octobre 2016
Par Eric Cloutier
La ministre de l‘économie, de la Science et de l’innovation, Dominique Anglade, était présente lors de cette annonce. (Photo : archives)

Le gouvernement du Québec a annoncé , le 6 octobre, une aide financière de 40 millions de dollars pour soutenir le développement des technologies liées à l’avion écologique de demain, tandis que le secteur privé en investira autant.

 

«L’industrie québécoise de l’aérospatiale est l’une des plus innovantes, concurrentielles et diversifiées du monde. Pour le Québec, elle représente plus de 40 000 emplois et près de 200 entreprises. L’innovation est un élément clé pour permettre à cette industrie de croître et de percer de nouveaux marchés» peut-on lire dans un communiqué émis par le gouvernement du Québec. 

Advertisment

Pour ce dernier, il s’agit d’une aide est attribuée dans le cadre de la seconde phase du projet mobilisateur de l’avion écologique Systèmes aéronautiques d’avant-garde pour l’environnement (SA2GE). 

«Cette initiative vise à soutenir l’industrie dans la mise au point de technologies dont la commercialisation favorisera l’adaptation aux nouvelles normes environnementales ainsi qu’une réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) au Québec et ailleurs» écrit encore le gouvernement du Québec.

Une première phase du projet de l’avion écologique SA2GE s’est échelonnée d’avril 2010 à mars 2015. Résultat : 150 millions $ ont été investis pour la mise au point et la démonstration de technologies plus écologiques. De cette somme, le gouvernement avait consenti un montant de 70 millions $, tandis que l’industrie privée s’est engagée pour 80 millions $, à titre de partenaire de cette première phase.

«Le développement économique du Québec repose sur trois piliers : l’entrepreneuriat, le manufacturier innovant et les exportations. Ces trois ingrédients sont réunis dans le projet mobilisateur. Des entreprises travaillent à mettre au point des technologies qui seront commercialisées et qui séduiront de nouveaux marchés», a déclaré la ministre de l‘Économie, de la Science et de l’innovation, Dominique Anglade, présente lors de cette annonce.

Pour la réalisation de la seconde phase, un appel de projets a été lancé en octobre 2015 auprès des entreprises manufacturières de l’industrie aérospatiale québécoise et au cours duquel cinq propositions ont été retenues, soit celles des entreprises Bombardier, CAE, Esterline CMC Électronique, TeraXion et Thales Canada.

De façon plus précise, Bombardier améliorera la conception et la fabrication de structures d’avion en matériaux composites et métalliques. L’entreprise CAE créera, pour sa part, une nouvelle génération de technologies de formation de pilotes, synthétique et virtuelle. 

«Esterline CMC Électronique intégrera des fonctionnalités d’éconavigation sur une plateforme d’avionique modulaire afin, notamment, d’optimiser la trajectoire de l’aéronef. Pour sa part, TeraXion mettra au point un module photonique radiofréquence intégré destiné aux systèmes de communication aéroportés. Enfin, Thales Canada mettra en place un contrôleur critique spécialement adapté aux besoins des systèmes non avioniques», indique encore le gouvernement.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la Stratégie québécoise de l’aérospatiale 2016-2026 et du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques.

www.economie.gouv.qc.ca/sa2ge