Génie de Conception

Aérospatiale Nouvelles
Polytechnique Montréal voit son projet Cyclair couronné «avion 100% récupérable»


7 octobre 2016
Par Eric Cloutier
La remise des Prix de l'étude de cas a eu lieu en présence d’Hélène David, ministre responsable de l'Enseignement supérieur du Québec, des membres du jury et de l'équipe gagnante de l'École Polytechnique de Montréal (Cyclair). (Photo: Groupe CNW/Aéro Montréal)

Le projet Cyclair, conçu par une équipe d’étudiants de l’École Polytechnique de Montréal, a remporté les honneurs, le 1er octobre, au terme d’un concours d’étude de cas portant sur le développement d’un avion 100 % récupérable et organisé dans le cadre de la Semaine de l’aviation civile de Montréal.

 

Cette compétition a été initiée par Aéro Montréal, le forum stratégique de la grappe aérospatiale du Québec, à l’École de technologie supérieure de Montréal (ÉTS) en présence d’environ 400 participants, soit des étudiants et des représentants du gouvernement, du milieu enseignant et de diverses entreprises.

Advertisement

«De telles initiatives sont nécessaires pour stimuler l’ingéniosité de nos jeunes et développer leur intérêt pour le secteur aérospatial. La thématique de la revalorisation des avions est au centre des défis de demain. Ce concours est à l’image du leadership que notre industrie démontre envers les préoccupations environnementales en aérospatiale et une excellente opportunité pour sensibiliser la relève à cet enjeu», affirme Suzanne M. Benoît, présidente-directrice générale d’Aéro Montréal.

C’est un jury constitué d’experts en aérospatiale qui a retenu le projet des étudiants de l’École Polytechnique de Montréal.

«La revalorisation des aéronefs constitue un des principaux défis pour l’avenir de l’industrie aérospatiale mondiale. Des étudiants post-secondaires et universitaires du Québec ont été appelés à développer une solution durable et rentable permettant de récupérer 100 % des pièces d’un avion en fin de vie ici, au Québec», peut-on lire dans un communiqué émis par Aéro Montréal, le 3 octobre.

Aéro Montréal soutient que la durée de vie moyenne d’un avion commercial est passée de 31 à 26 ans au cours des cinq dernières années, ce qui accélère la fin de vie de ces appareils. L’organisation ajoute qu’environ 6 000 avions commerciaux se verront retirés du marché au cours des 20 prochaines années et que, dans un autre ordre d’idée, le nombre estimé de passagers d’ici 2036 atteindra 7,3 milliards.

«Nous sommes particulièrement fiers de constater l’implication des jeunes aux côtés d’acteurs majeurs de l’industrie lors de cette journée. Cela montre l’importance de la prise en compte des facteurs environnementaux par les étudiants dans l’industrie aérospatiale, dès le début de leurs études post-secondaires. L’industrie aérospatiale suscite beaucoup d’intérêts chez les jeunes. Nous devons maintenir cette passion et l’encourager pour assurer une relève de qualité et indispensable», conclut Suzanne M. Benoît.

www.aeromontreal.ca