Génie de Conception

Aérospatiale En Vedette
Où s’en vont les avions…

Hécatombe dans le ciel.


13 juillet 2020
Par Pierre Deschamps

« Où s’en vont les avions / Quand ils s’en vont ? », chante Julien Clerc. Aussi bien le dire d’entrée de jeu : en ce moment, ils ne s’en vont nulle part, sauf pour un très petit nombre d’entre eux, conséquence directe de la pandémie en cours.

En effet, depuis quelques mois, une véritable onde de choc secoue le secteur de l’aviation, tant du côté des constructeurs et de leurs équipementiers que de celui des exploitants de lignes aériennes. Le secteur est tellement sinistré que les annonces de réductions de personnel succèdent périodiquement à celles relatives à la dégradation des comptes, aux sessions d’activités, aux mesures d’économies, quand ce n’est pas à la mise au rancart d’une partie de la flotte ou à la résiliation de commandes de nouveaux appareils.

Dans ce contexte de profonde déprime, le tout récent communiqué d’Aéro Montréal sur l’apparente apathie du gouvernement fédéral prend tout son sens et constitue un appel d’air qu’il faut saluer : « à l’heure de la COVID-19, alors que d’autres juridictions à travers le monde redoublent d’efforts pour soutenir leur industrie aérospatiale, le Québec appuie son champion, mais le gouvernement canadien se fait toujours attendre et le Canada continue de reculer sur les marchés internationaux. Au nom de l’industrie

Advertisment

aérospatiale québécoise qui représente 49 % des effectifs et 57 % des ventes du secteur aérospatial canadien, Aéro Montréal sonne l’alarme ».

« La mobilisation inédite de tous les acteurs de l’industrie aérospatiale illustre l’intensité de la crise que nous vivons. Par une approche collective, nous plaidons l’importance d’une stratégie spécifique dédiée à notre secteur qui accélèrera la relance en soulignant que celle-ci ne pourra se faire sans l’aide du gouvernement fédéral », soutient Suzanne M. Benoît, présidente-directrice générale d’Aéro Montréal.

La crise est d’une telle intensité pour Bombardier Aviation par exemple, que l’entreprise a récemment annoncé « qu’elle ajustera ses effectifs en fonction des conditions actuelles du marché reflétant les interruptions et les défis extraordinaires causés par la COVID-19 auxquels l’industrie est confrontée ». En clair, cela se traduit par le licenciement « d’environ 2 500 employés. La majorité de ces réductions toucheront les activités manufacturières au Canada et elles seront effectuées progressivement pendant l’année 2020 ».

Longtemps le principal concurrent de Bombardier, le constructeur brésilien Embraer a affiché une perte nette de 292 millions de dollars au premier trimestre de 2020 et des revenus en baisse de 23 %, en raison principalement de la pandémie et, accessoirement, aux coûts liés à l’annulation d’une alliance avec Boeing.

Ailleurs dans le monde, l’industrie aérospatiale a aussi été frappée de plein fouet par une pandémie qui a frappé avec une brutalité inouïe. Ce que confirme une étude du consultant américain AlixPartners qui prévoit une baisse de 65 % des livraisons d’avions Airbus et Boeing en 2020, et de 32 % en 2021 par rapport à 2019.

La situation s’est tellement détériorée pour Boeing qu’à la fin avril ce constructeur a lancé un emprunt obligataire de 25 milliards de dollars américains. Par ailleurs, il a annoncé son intention d’abolir de 12 000 emplois aux États-Unis par une combinaison de mises à pied et de départs volontaires.

Récemment, le groupe irlandais Avolon, troisième acteur mondial du marché de la location d’avions de ligne, a décidé d’annuler des commandes de 27 Boeing 737 MAX et d’un Airbus A330neo ainsi que le report à 2022 de la livraison de trois Airbus A320neo. Cette décision fait suite à l’annonce en avril dernier d’annulations de commandes portant sur 75 avions 737 MAX et quatre A330neo. Au total depuis le début de l’année, ce loueur aurait réduit ses engagements à court terme de plus de 140 appareils.

Au demeurent, le constructeur européen Airbus n’est pas en meilleure posture, lui qui a fait part de son intention de supprimer 15 000 emplois au cours de la prochaine année, surtout en Europe, une décision fondée sur le fait que la reprise du trafic aérien au niveau de 2019 ne surviendrait pas, au mieux, avant 2023 et, dans le pire des scénarios,

avant 2025. La baisse de l’activité est telle qu’Airbus prévoir réduire de 40 % sa production en 2020 et 2021!

Boeing et Airbus pâtissent aussi de la récente décision de Qatar Airways qui a reporté à 2022 la réception de quarante Airbus A321neo, de dix A321LR, et de vingt-neuf A350-1000, ainsi que de dix Boeing 777-8, de cinquante 777-9, et de vingt-trois 787-9. De ce nombre, une quarantaine d’appareils devaient intégrés cette année la flotte de Qatar Airways.

En France, le gouvernement songerait à venir en aide Airbus Helicopters durement frappé par des annulations de commandes. Alors que Dassault Aviation a d’ores et déjà suspendu ses objectifs pour 2020 annoncés en février dernier.

Chez les équipementiers rien ne va plus également. La situation est tendue chez Héroux-Devtek (trains d’atterrissage) dont les ventes à Boeing pèsent près du quart des revenus annuels. Quant au motoriste Pratt & Whitney Canada, il a annoncé son intention de supprimer 343 emplois en raison d’une baisse soutenue de commandes pour les moteurs qu’il fabrique. Même situation chez le motoriste européen Safran qui rapporte que les premiers effets de la pandémie ont commencé à se matérialiser en mars dans toutes les activités, avec une baisse organique de 20,4 % par rapport à mars 2019.

Stoppons ici l’énumération toute parcellaire – et déprimante – des déconvenues dans le secteur aéronautique, en mettant en évidence la situation tout aussi catastrophique du côté des compagnies aériennes en mentionnant ces seuls deux faits : American Airlines a évoqué la possibilité de supprimer 20 000 emplois à l’automne, tandis que United a l’intention de supprimer jusqu’à 36 000 emplois en octobre, soit plus d’un tiers de ses salariés.
https://www.aeromontreal.ca
https://www.bombardier.com
https://embraer.com/global/en
https://www.alixpartners.com
https://www.avolon.aero
https://www.airbus.com
https://www.qatarairways.com/
https://www.airbus.com/helicopters.html
https://www.dassault-aviation.com/fr/
https://www.herouxdevtek.com/fr
https://www.pwc.ca/fr/
https://www.safran-group.com/fr
https://americanairlines.gcs-web.com
https://ir.united.com/company-information/company-overview/