Aérospatiale
Comme à chaque édition, le Salon international de l'aéronautique et de l'espace Paris-Le Bourget (1 500 exposants et 230 000 visiteurs, dont 110 000 professionnels) constitue pour l’aérospatiale québécoise une vitrine de toute première importance. La 52eédition, à laquelle participait une délégation québécoise record (50 organisations et 120 participants) en est un bel exemple avec des annonces de toutes sortes.
Stelia Aerospace livre actuellement 2 500 sièges pilotes par an, dont les sièges de tous les appareils Airbus. Depuis sa création, l’entreprise a livré près de 40 000 sièges. De ce nombre, 25 000 de ces sièges pilotes sont en service dans le monde.
Plus de 90 nouveaux emplois dans le secteur manufacturier lié à l'industrie aérospatiale pourraient être créés au Québec, grâce à l'investissement de 2,2 millions de dollars du gouvernement du Canada sous forme de contributions remboursables. Cette somme est attribuée par l’agence fédérale Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC).
Kaneka Americas Holding (KAH), filiale en propriété exclusive de Kaneka Corporation, d’Osaka, au Japon, annonce avoir fait l’acquisition d’Applied Poleramic Inc. (API), de Californie, un fournisseur de résine formulée sophistiquée dans le secteur de l'aérospatial. KAH fera l'acquisition de l'ensemble des actions d'API pour environ 15 millions de dollars américains, API devenant une filiale consolidée de KAH.
CAE a récemment soutenu la participation de la Royal Australian Air Force (RAAF) à l'exercice d'entraînement et de mission en mode distribué Diamond Thunder, qui a témoigné des différents atouts de simulation du réseau de la RAAF dans le pays dans le cadre de son cours inaugural Air Warfare Instructor Course.
Aéro Montréal, la grappe aérospatiale du Québec, se réjouit des nouveaux investissements annoncés le 7 juin dernier dans le cadre du dévoilement de la Politique de défense du Canada, dont le budget global passe de 18,9 à 32,7 milliards (Mds) de dollars ici 2026-2027. De ce budget, le gouvernement fédéral engage déjà des dépenses à hauteur de 615 millions de dollars pour l’exercice 2017-2018, et de 6,5 milliards de dollars d’ici les cinq prochaines années.
Début juin, le motoriste Safran a signé un contrat en vertu duquel il fournira 20 moteurs CFM56-5B pour équiper les dix nouveaux Airbus A321ceo de la compagnie aérienne VietJet Air. Ces moteurs sont des produits de CFM International, société commune 50/50 entre Safran Aircraft Engines et GE.
Le Centre d’excellence sur les drones (CED) a signé en mai un important protocole d’entente avec le Centre d’excellence et d’innovation sur les drones Lone Star (Texas) et le Service d’ingénierie en agriculture & mécanique de l’Université du Texas (TEEX), dont l’objectif est de faciliter l’intégration des appareils sans pilote dans l’espace aérien canadien et américain.
Le vendredi 5 mai, le C919, le premier avion de ligne moyen-courrier chinois, a pris son envol. En effet, ce jour-là, le premier avion de fabrication chinoise a effectué son vol inaugural. Ce moyen-courrier né dans une usine près de Shanghai est capable de transporter 168 passagers sur 5 550 km.
Le projet mobilisateur de l’avion écologique, aussi nommé SA2GE, amorce une deuxième phase de développement de cinq projets qui mobiliseront le secteur aérospatial du Québec, dont notamment des dizaines de PME ainsi que des universités et des centres de recherche. Les cinq projets retenus sont ceux de Bombardier, CAE, CMC, TeraXion et Thales.
F. LIST, un fabricant d'intérieurs haut de gamme pour avions d'affaires et jets privés établi en Autriche, s'installera à Montréal en ouvrant une nouvelle usine de production d'ici la fin de 2017. Cet investissement de plus de 20 M$ se traduira par la création de 100 emplois d'ici 2020. La filiale montréalaise de F. LIST est l'une des quatre que l'entreprise possède à travers le monde, les trois autres se trouvant au Brésil, aux États-Unis et en Allemagne.
Soucieux de maintenir dans le pays un niveau élevé d’innovation, l’Afrique du Sud, dont le sous-sol recèle les quatrièmes plus importantes réserves de titane de la planète, lançait en 2011 le projet Aeroswift. Un consortium a alors été mis sur pied avec comme autres partenaires Aerosud, un fournisseur spécialisé dans les solutions intégrées de fabrication pour le secteur aéronautique, et le Council for Scientific and Industrial Research (CSIR) sud-africain.
Les Conseils d’administration des sociétés belge Sonaca et américaine LMI Aerospace ont récemment approuvé une transaction qui voit la première se porter acquéreur de 100 % de la seconde. LMI Aerospace, dont le siège social est situé à Saint-Louis, dans le Missouri, emploie environ 2 000 personnes sur 21 sites disséminés en Amérique du Nord (Canada, États-Unis, Mexique), en Angleterre et au Sri Lanka. Spécialisée dans le design et la production de structures complexes dans l’aéronautique (panneaux de fuselage, bords d’attaque, structure de plancher de cockpit...), elle a réalisé un chiffre d’affaires de 375 millions de dollars américains en 2015.
Victime de la chute de la livre et d'une lourde amende dans une affaire de corruption, le motoriste britannique Rolls-Royce a perdu 4milliards de livres (6,5 milliards de dollars canadiens) en 2016, contre un bénéfice net de 84millions de livres (138millions de dollars) en 2015. Il s’agit du pire résultat de l’histoire pour Rolls-Royce.   Plusieurs éléments expliquent cette situation. Il y a d’abord les normes comptables que l’entreprise utilise qui l'ont contraint à passer dans ses comptes les coûts de la baisse de la devise, évalués à 4,4 milliards de livres (7,2 milliards de dollars). De plus, ses comptes ne comportent pas de couverture contre les variations de taux change, si bien qu’elle doit ainsi comptabiliser au prix du marché l'évolution de la livre, ce qui lui est très défavorable compte tenu du fait que ses coûts sont en grande partie libellés en dollars et en euros. Rolls-Royce a également dû restructurer son fonds de retraite, ce qui lui a coûté 306 millions de livres (502 millions de dollars) supplémentaires. « Le groupe subit l'une des pertes les plus importantes jamais enregistrées par une entreprise britannique, mais les résultats ne semblent pas si mauvais que cela », soutient Neil Wilson, analyste chez ETX Capital, observant que les performances financières sont meilleurs que prévu hors changes et amende. Sur le plan opérationnel, la rentabilité du groupe s'est toutefois érodée dans l'ensemble de ses activités, surtout dans la marine, mais également dans l'aéronautique civile, sa principale branche. Seule bonne nouvelle, son chiffre d'affaires a progressé de 9 % à 14,96 milliards de livres (24,58 milliards de dollars) en 2016. https://www.rolls-royce.com/country-sites/northamerica/rolls-royce-in-canada.aspx
On peut parler de décision historique puisque Boeing va implanter une première usine en Europe, plus particulièrement au Royaume-Uni. À cette fin, le géant américain va investir 33,2 millions de dollars canadiens dans la construction et l’aménagement d'une usine à Sheffield, dans le nord de l'Angleterre., où il est déjà présent à travers l’Advanced Manufacturing Research Centre (AMRC) qu’il a fondé conjointement avec l'Université de Sheffield en 2001.

Les plus populaires

Événements récents

No events

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.