Une bibliothèque convertie en lieu de modélisation et de robotique

Eric Cloutier
Février 07, 2016
Écrit par
Le projet de transformation de la Bibliothèque Saint-Sulpice, à Montréal comprend deux volets et coûtera 17 millions. Il s’agit d’un premier volet consistant en la création d’une bibliothèque pour les jeunes, dotée d’un espace spécifiquement destiné aux adolescents et outillée entre autres d’équipements numériques à la fine pointe de la technologie pour la modélisation, la robotique, l’électronique et la programmation. Quant au second volet, celui-ci vise une clientèle diversifiée et portera sur l'aménagement d'un espace d'innovation et de création centré sur les nouvelles technologies et notamment sur des machines-outils pilotées par ordinateur, ainsi que sur la conception et la réalisation d'objets ou de prototypes. Ce second volet sera destiné aux entrepreneurs, artistes, étudiants ou simples curieux.
Le projet de transformation de la Bibliothèque Saint-Sulpice, à Montréal comprend deux volets et coûtera 17 millions. Il s’agit d’un premier volet consistant en la création d’une bibliothèque pour les jeunes, dotée d’un espace spécifiquement destiné aux adolescents et outillée entre autres d’équipements numériques à la fine pointe de la technologie pour la modélisation, la robotique, l’électronique et la programmation. Quant au second volet, celui-ci vise une clientèle diversifiée et portera sur l'aménagement d'un espace d'innovation et de création centré sur les nouvelles technologies et notamment sur des machines-outils pilotées par ordinateur, ainsi que sur la conception et la réalisation d'objets ou de prototypes. Ce second volet sera destiné aux entrepreneurs, artistes, étudiants ou simples curieux. (Photo : Bibliothèque Saint-Sulpice. Vue avant (2004). Jean-François Rodrigue, ministère de la Culture et des Communications (MCC), site Web du Répertoire du patrimoine culturel du Québec : www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca)
La bibliothèque Saint-Sulpice, un immeuble centenaire et patrimonial de Montréal, sera transformée, au cours de l’année 2016, en un lieu où seront notamment organisées des activités de conception, de modélisation et de robotique.

 

La ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, Hélène David, et le maire de Montréal, Denis Coderre, ont annoncé, le 31 janvier, un investissement de 17 millions $ pour la mise aux normes de la bibliothèque Saint-Sulpice, en vertu de l'Entente de développement culturel entre le Ministère de la Culture et des Communications (MCC) et la Ville de Montréal. De façon plus précise, le MCC et la Ville de Montréal transformeront cet édifice construit en 1912 et 1914 et classé immeuble patrimonial depuis 1988 en un espace éducatif pour les jeunes et un laboratoire d'innovation et de création, lesquels seront gérés par Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). Ces travaux seront complétés juste à temps pour le 350e anniversaire de Montréal en 2017.

Inaugurée en 1915, la bibliothèque Saint-Sulpice constituait à l’époque la plus importante bibliothèque francophone de la ville. Le style de l'édifice conçu par l'architecte montréalais Eugène Payette a été inspiré des grands principes architecturaux établis par l'École des Beaux-Arts de Paris.

Le montant de 17 millions $ couvrira également l'acquisition d'équipements technologiques de pointe axés sur la création sous toutes ses formes. BAnQ aura le mandat de donner une nouvelle vocation éducative et culturelle à la bibliothèque, en continuité avec son propre mandat et avec la mission historique de l’édifice.

Le projet de transformation plus précisément comprend deux volets. Le premier volet consiste à créer une bibliothèque pour les jeunes, soit un espace spécifiquement destiné aux adolescents.

«Ces derniers bénéficieront d'un espace bibliothéconomique adapté à leurs besoins tout en ayant à leur disposition des équipements numériques à la fine pointe de la technologie et des produits culturels qui les rejoignent : production vidéo, musicale et sonore, infographie, médias interactifs, modélisation, robotique et électronique, programmation, etc.», peut-on lire dans un communiqué.

Le second volet visera une clientèle diversifiée et portera sur l'aménagement d'un espace d'innovation et de création centré, lui aussi, sur les nouvelles technologies, notamment des machines-outils pilotées par ordinateur, pour la conception et la réalisation d'objets ou de prototypes. Ce volet sera destiné aux entrepreneurs, artistes, étudiants ou simples curieux,  et favorisera la recherche, l'expérimentation et la collaboration. «Il offrira, entre autres à de jeunes entreprises, une ouverture sur les diverses possibilités du numérique dans une atmosphère collaborative et stimulante. Ce laboratoire d'innovation sera un véritable lieu de partage tourné vers l'avenir de la société et le plaisir d'inventer», renchérissent le MCC et la Ville de Montréal.

«Nous avions le grand défi de faire revivre la bibliothèque Saint-Sulpice en lui communiquant une impulsion à la fois moderne et respectueuse de son passé. Je suis très fière de pouvoir dire qu'aujourd'hui, c'est mission accomplie! L'édifice demeurera une propriété publique et sera accessible aux Montréalais ainsi qu'à l'ensemble de la population du Québec. Sa nouvelle vocation sera résolument tournée vers le développement culturel numérique. Nous assurons ainsi la valorisation d'un joyau de notre patrimoine immobilier au bénéfice des générations présentes et futures», a déclaré la ministre David.

«La bibliothèque Saint-Sulpice fait partie du paysage de la rue Saint-Denis depuis plus de 100 ans. Les Montréalais pourront bientôt redécouvrir ce superbe édifice dans un contexte renouvelé, rajeuni et moderne. De plus, le concept développé par BanQ s'inscrit parfaitement dans notre stratégie de ville intelligente, où les bibliothèques deviennent des lieux de création et de collaboration», a déclaré, pour sa part, le maire Coderre.

La somme nécessaire à la mise aux normes de l'édifice sera versée par le MCC. Quant aux dépenses d'exploitation estimées au minimum à 1,6 millions $ annuellement, elles seront assumées à parts égales par le MCC et la Ville de Montréal une fois les travaux complétés, et cela toujours en vertu de l'Entente de développement culturel.

Mentionnons que c’est au mois de mai 2015 que la ministre David et le maire Coderre avaient annoncé la mise sur pied d'un comité de travail, coprésidé par Michèle Courchesne et Claude Corbo, et dont le mandat consistait à formuler des recommandations dans le but d‘aider à l’élaboration de la nouvelle vocation de la bibliothèque.

Ces recommandations ont été soumises aux autorités ministérielles et à la Ville de Montréal en décembre 2015. Les coprésidents avaient alors recommandé à la ministre David et au maire Coderre de s'assurer que la bibliothèque demeure une propriété publique et de confier à BAnQ le mandat de lui définir une nouvelle vocation éducative et culturelle.

www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=92744&type=bien#.VrdjBelGfaZ, www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca, www.ville.montreal.qc.ca

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Les plus populaires

Événements récents

No events

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.