Génie de Conception

Aérospatiale Nouvelles
Le CARIC voit le jour


21 avril 2014
Par Eric Cloutier
Le Consortium en aérospatiale pour la recherche et l'innovation au Canada (CARIC) a officiellement vu le jour le 17 avril. (Groupe CNW/Consortium en aérospatiale pour la recherche et l'innovation au Canada (CARIC))

Le Consortium en aérospatiale pour la recherche et l’innovation au Canada (CARIC) a été officiellement lancé le 17 avril à Montréal.

Ce lancement a eu lieu en marge du 7e Forum de recherche du Consortium de recherche et d’innovation en aérospatiale au Québec (CRIAQ) et à la fois de son 1er Forum national réunissant les acteurs de la communauté aérospatiale de partout au pays. À cette occasion, le processus de sélection des projets technologiques jugés les plus pertinents pour l’industrie canadienne a été entamé. 

 

Advertisement

Créé conjointement par l’Association des industries aérospatiales du Canada (AIAC) et du CRIAQ, le CARIC se veut un réseau national de recherche et de technologie en aérospatiale rassemblant les acteurs de l’industrie, des universités, des collèges et des laboratoires de recherche.

 

«Ce réseau permettra la rencontre des meilleurs atouts de l’industrie canadienne afin de développer les technologies les plus poussées en aérospatiale et de faciliter la recherche collaborative. La formule est basée sur celle du CRIAQ, qui a été reconnue unanimement par le secteur aérospatial comme un modèle de recherche collaborative pour le Canada», indique-t-on via un communiqué. 

 

«La mise en place du CARIC offrira aux organisations participantes un avantage concurrentiel et stimulera l’innovation aérospatiale tout en conférant au Canada une expertise stratégique, consolidant ainsi son leadership à l’échelle mondiale», affirme Clément Fortin, président-directeur général du CRIAQ. 

 

«Cette initiative nationale, dont la mission première est de connecter et de réunir la communauté canadienne de recherche et technologie aérospatiale, va favoriser la formation de personnel hautement qualifié et la transmission du savoir dans les entreprises, tout en contribuant à l’empreinte technologique du pays», ajoute M. Fortin. 

 

«Le CRIAQ est fier de mettre à profit son expertise en recherche collaborative afin de soutenir la création d’un consortium national. Le CARIC mettra la collaboration au cœur de la recherche aérospatiale canadienne; les différents acteurs de ce milieu pourront ainsi propulser encore plus loin la communauté aérospatiale du Canada», conclut-il. 

 

Quant à Jim Quick, président et chef de la direction de l’AIAC, celui-ci soutient que «le lancement de CARIC est un événement marquant pour l’industrie aérospatiale canadienne». Il ajoute que l’AIAC «a travaillé en étroite collaboration avec le CRIAQ afin de développer un réseau national en vue de favoriser la collaboration, l’innovation et le transfert de connaissance à l’échelle canadienne». 

 

De son côté, le ministre de l’Industrie, James Moore, perçoit la création de ce réseau national de recherche et de collaboration en aérospatiale comme «un accomplissement majeur pour l’industrie canadienne».

 

La concrétisation du CARIC fait suite aux recommandations incluses dans le Rapport de l’Examen aérospatiale mené en 2011 par l’ancien ministre David Emerson, qui a dirigé une révision complète des politiques et programmes en aérospatiale. Ce document recommandait qu’Ottawa «participe au financement d’une initiative pancanadienne pour faciliter la communication et la collaboration entre les entreprises aérospatiales, les chercheurs et les établissements d’enseignement supérieur», souligne encore le CRIAQ. 

 

«Basé sur le modèle du CRIAQ qui préconise une structure souple, le CARIC sera dirigé par l’industrie, en collaboration avec la communauté scientifique qui assurera une présence forte. Le réseau s’assurera de capitaliser et de développer les réseaux déjà établis par l’industrie, notamment les liens qui existent entre les entreprises et les chercheurs et d’impliquer l’ensemble de la filière industrielle, en particulier les PME», lit-on encore dans le communiqué. 

 

Les administrateurs du CARIC seront élus et les sièges attribués selon le niveau d’engagement dans le réseau. La structure de gouvernance «prévoira une représentativité des régions canadiennes reconnues pour leurs capacités d’innovation en aérospatiale», précise-t-on. L’industrie, les gouvernements fédéraux et provinciaux, les universités et les centres de recherche assureront le financement du CARIC qui comptera un budget d’opération d’environ 3,75 millions de dollars annuellement.

 

«L’industrie doit fournir une contribution en argent ou en prestation, dans tous les projets de recherche», et une fois le réseau complétement opérationnel, «la valeur de ses projets de recherche collaborative pourrait atteindre plus de 20 millions de dollars par année», indiquent l’AIAC et le CRIAQ. 

 

«Les projets de recherche retenus permettront à l’industrie d’assurer sa compétitivité et de se prémunir contre les effets silo en faisant la promotion de l’utilisation conjointe des infrastructures de recherche et en consolidant les efforts de recherche et développement technologique», assurent les deux organismes instigateurs du CARIC.