Génie de Conception

Automatisation Nouvelles
L’ancienne entreprise Lab-Volt veut percer le marché européen


9 octobre 2014
Par Eric Cloutier
Philippe Ranger est directeur de la formation à l’usine de Lab-Volt qui porte, depuis le 20 juin, le nom Festo Didactic et que PIQ a visitée le 18 septembre à Québec. (Photo : Eric Cloutier)

Grâce à son acquisition par Festo Didactic le 20 juin, Lab-Volt, l’ancienne entreprise de fabrication d’équipements didactiques destinés exclusivement à l’enseignement technique post-secondaire, collégial et universitaire et qui a été fondée en 1959 à Québec, veut maintenant atteindre le marché européen de l’enseignement.

Selon Philippe Ranger, directeur de la formation à l’usine de Lab-Volt que PIQ a visitée le 18 septembre à Québec, ce marché n’a pas été accessible jusqu’à présent pour cette compagnie.

 

Advertisment

«Notre acquisition par Festo Didactic va nous permettre de toucher ce marché où nous n’avions aucune présence auparavant», explique M. Ranger, qui souligne que Lab-Volt vend ses manuels et fabrique des outils techniques à des fins pédagogiques dans différents établissements d’enseignements répartis au sein de 82 pays.

 

Celle qui a troqué son identité pour prendre le nom de la division didactique du géant allemand de l’automatisation Festo devrait normalement voir l’appellation Lab-Volt survivre à travers certaines des lignes de produits qu’elle fabrique et vend depuis longtemps. Ces lignes de produits restent encore à être déterminées.

 

«Si on se replace dans le contexte d’avant la fusion, le Québec représentait à peu près 3% du marché de Lab-Volt en terme d’expédition de produits didactiques et le Canada environ 6%. Il faut dire qu’au Québec, on est bon pour se patenter des outils technologies. Donc, on touche beaucoup plus les États-Unis, le Moyen-Orient, l’Afrique et l’Asie. On donne également beaucoup de formations à l’étranger dans des établissements scolaires du Moyen-Orient, en Afrique, en Asie et en Australie. De plus, on a récemment eu des groupes de professeurs camerounais et chinois qui sont venus s’initier à certains de nos produits», spécifie-t-il.

 

La version complète de ce reportage sera publiée dans le numéro Novembre/Décembre 2014 de PIQ.