Impression 3D dans l’espace

Mike McLeod
Août 02, 2019
Écrit par
La mission MVP Cell-02, qui a récemment embarqué la capsule Space-X 18 Dragon sur la Station spatiale internationale (ISS), a pour objectif de comprendre comment les organismes évoluent pour s'adapter à l'environnement spatial rigoureux. 

 

Dragon a à son bord 2 268 kg de matériel et de nourriture, dont une bio-imprimante 3D dénommée BioFabrication Facility (BFF). Grâce à cette machine, développée conjointement par nScrypt et Techshot, il sera possible d’imprimer dans l’espace  des cellules humaines, dont des cellules cardiaques, qui pourraient conduire à la mise au point de traitements thérapeutiques.

L'un des principaux avantages de la bio-impression dans l'espace est son environnement en microgravité. Sur Terre, les spécialistes en bio-impression sont confrontés au défi de l’effondrement des structures imprimées. Cependant, dans l’espace, des structures tridimensionnelles complexes peuvent être imprimées sans succomber à la gravité, ce qui leur permet de conserver leur forme pendant la culture cellulaire et de devenir autonomes. À ce stade, les tissus bio-imprimés pourraient être ramenés sur Terre.

«Le concept de développer un tissu ou un organe dans l'espace avec une bio-imprimante 3D existe depuis des années, a déclaré le président et chef de la direction de Techshot, John Vellinger. Du point de vue technologique et biologique, sa concrétisation a été un processus laborieux d’expériences et de tests. Voir cela se réaliser est une chose incroyable pour l'équipe, ainsi que pour toute la science médicale. »

Selon Ken Church, CEO de nScrypt, grâce à l’apesanteur qui prévaut dans l’ISS, il serait possible d’imprimer jusqu’à un centimètre d’épaisseur, soit dix fois plus que les tissus 3D imprimés actuellement sur Terre. Les premiers essais seront évalués à la fin du mois d’août pour voir comment les cellules souches sont impactées par la microgravité. La première phase du projet BFF devrait s’étaler deux ans, après quoi le système passera à l’impression de pièces cardiaques qui seront renvoyées sur Terre pour évaluation.

« L’impression d’un poumon humain ou d’un autre organe n’est pas encore pour aujourd’hui, mais ce n’est plus de la science-fiction », a déclaré Ken Church. BFF est la feuille de route pour y parvenir. »
https://www.nasa.gov/

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Les plus populaires

Événements récents

No events

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.