Génie de Conception

En Vedette Nouvelles générales
Des émissions de méthane plus élevées

Supérieures de 70 % aux déclarations officielles.


13 mars 2022
Par GC staff
(Photo caption: IEA)

Selon une nouvelle analyse de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) publiée fin février, les émissions mondiales de méthane du secteur de l’énergie sont environ 70 % supérieures à la quantité officiellement déclarée par les gouvernements nationaux, soulignant le besoin urgent d’efforts de surveillance renforcés et d’une action politique plus forte pour réduire les émissions du puissant gaz à effet de serre.

Le méthane est responsable d’environ 30 % de l’augmentation des températures mondiales depuis la révolution industrielle, et des réductions rapides et durables des émissions sont essentielles pour limiter le réchauffement à court terme et améliorer la qualité de l’air.

Le méthane se dissipe plus rapidement que le dioxyde de carbone (CO2), mais est un gaz à effet de serre beaucoup plus puissant pendant sa courte durée de vie, ce qui signifie que la réduction des émissions de méthane aurait un effet rapide sur la limitation du réchauffement climatique.

Advertisement

Le secteur de l’énergie représente environ 40 % des émissions de méthane provenant de l’activité humaine, et l’édition élargie de cette année du Global Methane Tracker, de l’AIE, inclut pour la première fois les émissions pays par pays des mines de charbon et de la bioénergie, en plus d’une couverture détaillée continue des opérations pétrolières et gazières.

Les émissions de méthane du secteur de l’énergie ont augmenté d’un peu moins de 5 % l’an dernier. Cela ne les a pas ramenés à leurs niveaux de 2019 et a légèrement retardé l’augmentation de la consommation globale d’énergie, ce qui indique que certains efforts pour limiter les émissions pourraient déjà porter leurs fruits.

L’année dernière, des émissions importantes ont été confirmées au Texas et dans certaines parties de l’Asie centrale, le Turkménistan étant à lui seul responsable d’un tiers des grands événements d’émissions observés par satellites en 2021. Relativement peu de fuites majeures ont été détectées pour les principaux producteurs de pétrole et de gaz onshore du Moyen-Orient.

Les satellites ont considérablement accru les connaissances mondiales sur les sources d’émission, et le Global Methane Tracker, de l’AIE, intègre les dernières lectures des satellites et d’autres campagnes de mesure scientifiques. Alors que les données mesurées continuent de s’améliorer, la couverture fournie par les satellites est encore loin d’être complète : les satellites existants ne fournissent pas de mesures sur les régions équatoriales, les opérations offshore ou les zones septentrionales telles que les principales zones productrices de pétrole et de gaz russes.

Si toutes les fuites de méthane provenant des opérations de combustibles fossiles en 2021 avaient été captées et vendues, les marchés du gaz naturel auraient été approvisionnés avec 180 milliards de mètres cubes supplémentaires de gaz naturel. Cela équivaut à tout le gaz utilisé dans le secteur de l’électricité en Europe et plus que suffisant pour atténuer les tensions actuelles sur le marché.
https://www.iea.org/