Les armes du futur

Pierre Deschamps
Août 20, 2018
Écrit par Pierre Deschamps
En juillet dernier, le président américain Donald Trump a approuvé le budget 2019 du Pentagone, d'un montant record de 716 milliards de dollars américains. Comme l’a alors déclaré le locataire de la Maison blanche, cette somme « donnera aux militaires américains la puissance de feu dont ils ont besoin pour gagner n'importe quel conflit rapidement et de façon décisive ».

 

À cela s’ajoute la Force de l’espace dont Donald Trump veut faire la sixième branche des forces armées qui, elle aussi, nécessitera un financement complémentaire que le Congrès devra approuver. Cette Force qui a créé récemment pour donner le change aux Chinois  est une nouvelle division des forces armées américaines destinée à superviser ses programmes militaires dans l'espace. La Russie aussi possède depuis plusieurs années une «Force spatiale».

Il est donc légitime de penser que ces pays – et d’autres – développeront de nouvelles armes, plus sophistiquées les unes les autres. Et que des industriels de l’armement se lancent dans la conception de nouvelles armes.

Dans un tel contexte, il n’est en rien étonnant de constater que la branche militaire du géant Boeing a récemment fait l’acquisition de Millenium Space Systems, une société californienne qui s'est spécialisée dans la construction de petits satellites, et qu’il poursuit ses recherches sur le Phantom Express, un lanceur léger réutilisable connu également sous le nom de XS-1 (Experimental Spaceplane). La commande que Boeing a reçue de la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) vise à développer un engin d’une masse inférieure à 1,8 tonne pour un coût ne devant pas excéder 5 millions de dollars américain grâce à une navette pouvant assurer dix lancements successifs en dix jours.

Les forces armées américaines disposent par ailleurs du Boeing X-51 A Waverider, un prototype d’avion sans pilote hypersonique pouvant atteindre Mach 6 (7 :350 :km/h). Équipé d’un moteur Aerojet Rocketdyne AR-22, celui-ci n’a eu besoin que de six secondes pour franchir la distance de 400 km. Les premiers vols d'essais du lanceur hypersonique pourraient avoir lieu fin 2019, début 2020. Ce lanceur pourrait être équipé d’une charge conventionnelle ou d’une tête nucléaire. 

En Europe, la Direction Générale de l’Armement française (DGA), ainsi que Dassault Aviation, comme maître d’œuvre, ont mis en place une structure pour gérer le projet de démonstrateur technologique d’un véhicule de combat aérien non piloté (UCAV – « Unmanned Combat Air Vehicle ») connu maintenant sous le vocable de nEUROn. Bien que ce véhicule, qui a effectué son 100e vol en février 2015, n’ait pas pour vocation d’effectuer des missions militaires, sa capacité à emporter et à tirer des armements à partir d’une soute interne a été expérimentée en septembre 2015. Depuis le lancement de ce programme, les gouvernements italien, suédois, espagnol, grec et suisse, auxquels se sont associées les entités industrielles Alenia, SAAB, EADS-CASA, Hellenic Aerospace Industry (HAI) et RUAG, s’y sont greffés. 

De son côté, la Chine s’occupe à mettre au point un sous-marin équipé d'un système d'intelligence artificielle, une sorte de drone sous-marin destiné à des missions de reconnaissance, d'installation de mines ou d'attaques-kamikazes contre des navires ennemis. Alors que la Russie planche sur un destroyer  capable de transporter environ 200 cellules lance-missiles verticales utilisant des systèmes de lancement à froid pour déployer une diversité de missiles, y compris antinavires.

Dans un entretien au journal Voienno-promychlenny kourier, le vice-ministre russe de la Défense, Iouri Borissov, a souligné que le développement des forces nucléaires stratégiques et des armes de haute précision sera le volet prioritaire du programme fédéral d'armement russe pour la période entre 2018 et 2025. Il a aussi déclaré que les forces nucléaires étaient le facteur clé pour contenir une éventuelle agression contre la Russie !

En effet, aux côtés de toute une panoplie de canons au laser, nommés aussi « arme à énergie dirigée », qui équiperont dans quelques années entre autres les forces navales américaines, les avions de chasse et même l'artillerie au sol en 2023, notons la présente dans les soutes de certains avions militaires de bombes thermobariques. Appelée « bombe à vide », elles contiennent un combustible gazeux ou liquide qui s'embrase au contact de l'air et produit une puissante et durable onde de choc. Ce type de bombe ne cause pas d'importants dégâts matériels. Mais en revanche, elle est extrêmement meurtrière pour les populations humaines qui meurent asphyxiées ou brûlées par les flammes. Pire, le «brouillard» enflammé s'infiltre dans moindre fissure dans les tunnels et les sous-sols. À ce jour,  la Russie en a utilisé durant la guerre en Tchétchénie et les États-Unis ont fait de même en Afghanistan.

En ce qui a trait aux armes acoustiques ou soniques, elles utiliseraient le son pour provoquer la peur, la panique et la terreur auprès des troupes ennemies. Même les organes intérieurs humains pourraient être endommagés, provoquant la mort. L’information concernant la recherche sur ces armes est classée, mais il appert que les États-Unis comme la Russie tentent de les créer. Ainsi des balles acoustiques ont été conçues dans les deux pays, mais la dispersion de la puissance des ondes acoustiques réduit les dégâts et ces balles ne pourraient être utilisées que sur de courtes distances.

Mentionnons aussi des armes apparemment plus conventionnelles comme le tank, dont, à titre d’exemple, le véhicule militaire blindé furtif polonais PL-01 créé par OBRUM (Centre polonais de recherche et développement pour les appareils mécaniques) sur la base du  véhicule de combat d'infanterie suédois Combat Vehicle 90 développée avec le soutien du groupe britannique BAE Systems. L'attrait de ce char de la gamme des 25 / 30 tonnes se trouve dans ses technologies avancées de camouflage destinées à éliminer au maximum sa signature radar (design angulaire et peinture absorbante). À quoi s’ajoute un système de camouflage thermique (technologie ADAPTIV de BAE Systems) qui le rend invisible aux yeux des capteurs infrarouge de détection et de ciblage utilisés par les véhicules de combat. 

Les confrontations armées du futur ne concerneront donc pas seulement une quelconque guerre des étoiles. Quantité d’armes à utilisation terrestre ou aérienne connaissent des évolutions impressionnantes. Que ce soient des avions et des hélicoptères, des drones ou des missiles, des armes individuelles ou des systèmes de détection sophistiqués. La liste s’allonge tous les jours, tant le nombre de belligérants potentiels augmentent sans cesse et que les budgets militaires de nombreux pays sont en hausse continue. Qui peut dès lors ignorer que l’industrie de l’armement a de beaux jours devant elle ?
https://fr.rbth.com
http://www.opex360.com/
https://www.vice.com/fr_
https://www.scmp.com/
https://www.cnews.fr/
https://fr.sputniknews.com/

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Les plus populaires

Événements récents

No events

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.