Génie de Conception

Aérospatiale Nouvelles
De gigantesques contrats pour Airbus et Boeing


20 novembre 2017
Par Pierre Deschamps

Un salon de l’aviation est toujours une occasion en or pour annoncer la signature de contrats de vente qui propulsera les signataires à l’avant-plan de l’actualité. Le tout récent Dubai Airshow 2017 n’échappe pas à cette règle puisque l’on y a vu Airbus et Boeing étaler toute la puissance de leur force de vente : Airbus avec ce que certains qualifient déjà de « vente du siècle » et Boeing avec ce que d’aucuns ont baptisé de « commande géante ».

Une rhétorique digne d’un championnat du monde poids lourd qui illustre bien à quel point les superlatifs sont de mise pour cette lutte commerciale sans fin que se livrent les deux plus grands constructeurs aéronautiques de la planète.

Advertisment

En commandant à Airbus quatre cent trente appareils de la famille A320 (deux cent soixante-treize A320neo et cent cinquante-sept A321neo), le loueur américain Indigo Partners une société d’investissement spécialisée dans la location d’avions à des sociétés à bas coût, a effectué, par le nombre d’unités, la plus importante commande de l’histoire de l’aéronautique. De ce nombre, 134 appareils sont destinés à Frontier Airlines (États-Unis), 70 à JetSMART (Chili), 80 à Volaris (Mexique) et 146 à Wizz Air (Hongrie).

Comme l’a confié à l’agence AFP Fabrice Brégier, le directeur général délégué d’Airbus : « Je me félicite de cette nouvelle marque de confiance exprimée par des compagnies aériennes majeures qui s’engagent dans cet accord commercial sans précédent. C’est un succès écrasant pour Airbus et ses appareils A320 dans le transport aérien mondial ».

Au prix de catalogue de quelque 42 milliards (Mds) de dollars américains, voilà qui a de quoi réjouir à plus d’un titre l’avionneur européen qui devient ainsi le champion incontesté des moyen-courriers avec des commandes totalisant près de 14 000 appareils de la famille A320 (entrée en service en 1988), dont bientôt plus de 5 500 unités en version Neo moins gourmande en carburant, laquelle a été lancée en 2010. Ce qui permet à Airbus de devancer, dans ce segment d’appareils, Boeing qui n’a engrangé à ce jour que des commandes totalisant quelque 4 000 unités pour son moyen-courrier 737 MAX.

Si l’avionneur européen n’a pu profiter de sa présence à Dubaï pour annoncer la vente tant espérée d’une quarantaine de A380 à Emirates Airlines, de Dubaï, qui exige qu’Airbus assure le développement de ce géant des airs pendant dix ans au minimum, il s’est réjouit d’une commande pour son nouveau A330neo conclut au tout dernier jour du salon. En acquérant deux A330neo, Air Sénégal devient de ce fait l’opérateur de lancement de l’A330neo en Afrique. L’A330neo « est le choix idéal pour qu’Air Sénégal construise son réseau et devienne la compagnie aérienne à la croissance la plus rapide d’Afrique de l’Ouest », a souligné John Leahy, directeur des opérations clients d’Airbus Commercial Aircraft.

Soulignons que la veille de cette annonce, Airbus avait conclu un protocole d’entente avec Wataniya Airways (Koweït) pour vingt-cinq A320neo au prix de catalogue de 2,7 Mds $. Autre bon coup pour Airbus : sa branche militaire a vendu cinq avions C-295 à l’armée des Émirats arabes unis (EAU) au coût unitaire moyen de 30 M$, hors armement et modules de mission.

Au total, Airbus revient du Dubai Airshow 2017 avec quelque 510 appareils en commandes (achats fermes et options) : une impressionnante performance.

De son côté, Boeing n’est pas resté inactif puisque le constructeur américain a profité de son passage à Dubaï pour annoncer la plus importante commande à ce jour de long-courriers de l’aviation civile.

Emirates, encore elle, a paraphé un contrat d’une valeur au catalogue de 15,1 Mds $ pour l’acquisition de 40 Boeing 787-10 Dreamliner. Comme l’a déclaré en conférence de presse, Ahmed ben Saïd Al-Maktoum, le président-directeur général d’Emirates, cette annonce porte à quelque 90 milliards de dollars le montant total des commandes de cette compagnie auprès de Boeing. « Nous sommes parvenus à la conclusion que les Boeing 787-10 sont le meilleur choix pour nous », a ajouté ce dernier.

Ce contrat « prolonge notre partenariat de longue date » avec Emirates et elle nous permettra de « maintenir de nombreux emplois aux États-Unis », a soutenu pour sa part Kevin McAllister, président de Boeing Commercial Airplanes. Il a annoncé, dans la foulée de ce contrat, qui constitue le plus important de tous les temps pour des long-courriers, que Boeing avait signé une entente avec Azerbaijan Airlines pour l’achat de cinq Boeing 787-8 (environ un milliard de dollars au prix catalogue). Par ailleurs, la compagnie aérienne flydubai (Dubaï) a passé commande pour 225 modèles 737 Max pour un montant au catalogue de 27 Mds $

Au-delà du gigantisme de ces annonces, force est de constater que ces ventes hors normes profiteront largement aux grands fournisseurs d’Airbus et de Boeing, notamment aux motoristes : Safran qui équipe plus de 60 % des A320 ; GE, les 787-10 Dreamliner (GEnx-1B / Trent 1000) ; la coentreprise CFM International (GE-Safran), les 737 MAX (LEAP-1B).

http://www.airbus.com

http://www.boeing.com