Chine: des missions spatiales ambitieuses

GC Staff
Juillet 16, 2018
Écrit par GC Staff
L'Académie des Sciences de Chine (ASC) a récemment annoncé le lancement de quatre nouveaux satellites scientifiques à partir de 2020. Ces projets de la phase 2 du programme spatial chinois, doté d’un budget de quelque 600 millions de dollars américains, examineront des domaines tels que la physique solaire et la recherche de signaux électromagnétiques associés aux ondes gravitationnelles. Rappelons que la première phase du programme de sciences spatiales chinois, qui a débuté il y a une dizaine d’années seulement, a donné lieu à quatre missions, dont une consacrée à l'astronomie par rayons X.

 

Deux de ces satellites seront mis en orbite sur les côtés opposés de la Terre. Leur mission sera d’observer le ciel entier pour y détecter des rayons gamma émanant d’événements qui génèrent des ondes gravitationnelles. Cette mission sera sous la responsabilité du Gravitational Wave High-energy Electromagnetic Counterpart All-sky Monitor (GECAM). 

Jusqu'à présent, les rayons gamma et d'autres signaux électromagnétiques ont été détectés uniquement à partir d'une source d'ondes gravitationnelles, une fusion d'étoiles à neutrons, mais ils ont fourni une mine de détails sur cet événement énigmatique. Les astrophysiciens discutent encore à savoir si les fusions de trous noirs, l'autre source confirmée d'ondes gravitationnelles, produisent également des émissions électromagnétiques. L'équipe de GECAM estime pouvoir obtenir des confirmations dans un sens ou dans l’autre.

La seconde mission de phase 2, intitulée Einstein Probe (EP), examinera le ciel à la recherche de rayons X à basse énergie associés à des phénomènes violents tels que les sursauts gamma et les collisions de trous noirs. Au dire de Ik Siong Heng, astrophysicien à l'Université de Glasgow au Royaume-Uni, ces deux missions permettront de mieux comprendre l'astrophysique des rayons gamma.

C’est dans le cadre de cette phase 2 que le gouvernement chinois a donné le feu vert à la création de l’Advanced Spacebased Solar Observatory – ASO-S. Comme l’explique Gan Weiqun, physicien solaire à l'Observatoire Purple Mountain de l’ASC, à Nanjing : « L’ASO-S sera le premier observatoire spatial à surveiller le champ magnétique du soleil tout en surveillant les éruptions solaires et les explosions titanesques connues sous le nom d'éjections de masses coronales. Les observations simultanées pourraient donner des indices sur la façon dont ces éruptions sont déclenchées ».

Sous le nom de Solar Wind Magnetosphere Ionosphere Link Explorer (SMILE), une autre mission de la phase 2, qui sera réalisée conjointement avec l'Agence spatiale européenne, aura pour objectif de mettre au point une nouvelle technique d'imagerie de la magnétosphère terrestre. Récemment, les scientifiques ont compris que les collisions entre les particules du vent solaire et les particules parasites de l'atmosphère terrestre produisent des rayons X de faible énergie qui éclairent la magnétosphère. En observant ces rayons X, la mission SMILE vise à mieux comprendre son comportement dynamique.
http://english.cas.cn

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Les plus populaires

Événements récents

No events

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.